Mars : branle-bas de combat pour pouvoir observer Siding Spring

Alors que c’est aujourd’hui, à 18H27 GMT, que la comète Siding Spring doit frôler Mars, les scientifiques se mobilisent pour assister au spectacle. CometeMars

Ce n’est qu’une fois par million d’années qu’une comète frôle Mars, une rencontre que la communauté scientifique ne veut surtout pas rater. C’est donc le branle-bas de combat général pour tout mettre en œuvre pour cet événement.

Ce sera dimanche soir, à 18h27 GMT (20h27 heure de Paris), que la comète Siding Spring (C/2013 A1) sera le plus proche de la planète rouge. Lancée à 202 000 km/h, elle doit passer à 139 500 km de Mars.

Le but des scientifiques est de pouvoir étudier sa trajectoire et sa traînée, la grande inconnue étant de savoir si Siding Spring va conserver sa structure ou non.

Par précaution, les satellites Mars Odyssey et Maven ont été repositionnés à l’abri derrière Mars pour qu’ils ne soient éventuellement pas endommagés par des débris très rapides de Siding Spring. Curiosity-NASA

Pour ce qui est des deux robots martiens, Curiosity et Opportunity, leurs caméras seront réorientées vers le ciel martien pour qu’elles puissent envoyer leurs images vers la Terre.

Alors que les comètes ont toujours fortement intrigué la communauté scientifique, cette rencontre vise à fournir des réponses, notamment son comportement face à de la chaleur alors qu’elles doivent être composée de glaces très volatiles (méthane, monoxyde de carbone), des éléments qui fondent très facilement. « Il est possible que Mars provoque un peu plus d’activité, c’est la raison pour laquelle nous regardons », explique un astrophysicien.

Pour comprendre ce qui va se passer dimanche soir, la NASA a publié une vidéo qui explique le déroulement probable de cette rencontre.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRosetta : L’ESA cherche un nom pour le site d’atterrissage de Philae
Article suivantLa comète 67P/Churyumov-Gerasimenko serait plutôt un cygne noir…

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here