Mars : effervescence autour de mystérieuses émanations de méthane

La communauté scientifique est en effervescence autour de mystérieuses émanations de méthane détectées par Curiosity. Pour cause, sur Terre, ce gaz provient à 95% de micro-organismes.

Existe-t-il des organismes vivants sous le sol de la planète Mars ? L’effervescence est de mise dans la communauté scientifique depuis que la NASA a annoncé que le robot Curiosity avait détecté plusieurs pics de méthane à l’origine inconnue dans le cratère de Gale. Si ce gaz peut provenir d’un processus géologique, sur Terre, ce gaz provient à 95% de micro-organismes. De fait, les scientifiques n’écartent pas cette possibilité.

Le méthane semble d’ailleurs poser quelques soucis aux scientifiques. Curiosity a en effet d’abord détecté des niveaux de gaz plus faibles qu’espérer, des émanations qui proviennent de la décomposition de la poussière du sol sous l’effet de la lumière du soleil et des matériaux organiques transportés par les météorites. Mais le rover a également détecté des pics « dix fois plus élevés » à quatre reprises durant 60 jours martiens, des niveaux tout de même largement inférieurs à ceux mesurés sur Terre. Infographie : le cycle du méthane

Au sujet de cette découverte, les chercheurs publient dans la revue Science : « Ces résultats suggèrent que le méthane est produit occasionnellement ou s’échappe du sol près du cratère de Gale et qu’il se disperse rapidement une fois que ces sources se tarissent ». John Grotzinger, de l’Institut de technologie de Californie (Caltech), responsable scientifique de la mission Curiosity, explique que « le méthane détecté peut signaler la présence d’une vie microbienne passée ou actuelle ».

Alors qu’il est possible que le méthane ait été produit par des organismes vivants, il y a longtemps, et qu’il s’échappe périodiquement vers la surface, le robot Curiosity n’est malheureusement pas équipé des instruments nécessaires à déterminer l’origine de ce gaz. Il faudra attendre la prochaine mission de la NASA, attendue à l’horizon 2020, pour en savoir plus à ce sujet.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAston Martin célèbre un 60e anniversaire par une Vanquish exclusive
Article suivantGoogle Shopping veut s’inspirer d’Amazon

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here