Accueil » Science » Mars : l’énigme des gigantesques panaches nuageux

Mars : l’énigme des gigantesques panaches nuageux

Tout n’est pas encore connu au sujet de la planète Mars. Les gigantesques panaches nuageux restent encore une énigme à ce jour.

Mars a beau être la planète la plus étudiée de notre système solaire après la Terre, il n’en demeure pas moins que certaines choses sont encore incompréhensibles. Il s’agit par exemple de ces gigantesques panaches nuageux.

À deux reprises, en mars et avril 2012, des astronomes amateurs avaient signalé la présence de panaches nuageux en développement sur Mars. S’agit-il de nuages de glace ? De cristaux de dioxyde de carbone ? Ou de poussière ? Le mystère est pour le moment complet.

Une nouvelle découverte au sujet de ces panaches vient d’être faite dans la revue Nature. Agustin Sanchez-Lavega, de l’université du Pays Basque, et Antonio Garcia Munoz, chercheur au centre technique de l’ESA (ESTEC) expliquent qu’il est difficile de comprendre comment des particules sont capables d’aller aussi haut (250 km). Ils soulignent que même si c’était possible, les vents que l’on sait présents à ces altitudes devraient redistribuer ou dissiper le nuage relativement rapidement. Pourtant, ces formations nuageuses apparaissent en une dizaine d’heures et perdurent pendant une dizaine de jours, changeant d’aspect de jour en jour avant de disparaitre.

Bien que de sondes sont en orbites autour de Mars, aucune n’a pu encore observer le phénomène en raison de positions orbitales défavorables. Seules les archives du télescope spatial Hubble ont pu donner quelques éléments de réponse, comme le fait que des panaches similaires ont été détectés en mars en mai 1997.

Cette découverte suggère donc que ce phénomène n’est pas épisodique, mais récurrent.

La réponse à cette énigme pourrait bientôt être donnée par Maven, la sonde la NASA qui tourne autour de Mars depuis septembre 2014 pour étudier son atmosphère.
L’orbiter TGO de la mission ExoMars 2016 qui sera lancé au début 2016 pourrait également permettre de répondre à cette interrogation au sujet de la planète rouge.

Il est donc nécessaire de patienter avant de pouvoir avoir une réponse à cette interrogation, autant sur la nature de ces panaches nuageux que sur comment ils peuvent atteindre et durer à des altitudes si élevées.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]

Ça pourrait vous intéresser

L'atterrisseur Schiaparelli de la mission ExoMars a touché le sol, mais ne communique pas

ExoMars : pas de nouvelle de l’atterrisseur Schiaparelli

Est-ce que l’atterrisseur Schiaparelli de la mission ExoMars est opérationnel ? On sait qu’il s’est posé, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *