Mars : Maven détecte de mystérieux nuages

La sonde Maven a détecté de mystérieux nuages de poussière dans la haute atmosphère de Mars, mais aussi des aurores boréales similaires à celles qui se produisent sur Terre.

La NASA indique que la sonde Maven a détecté de mystérieux nuages de poussière dans la haute atmosphère de Mars, mais aussi des aurores boréales similaires à celles qui se produisent sur Terre.
Cette poussière se trouvait à une altitude comprise entre 150 et 300 kilomètres au-dessus de la surface de la planète rouge. Alors que l’origine de cette poussière est inconnue, la compréhension de ce phénomène l’est tout autant.

« Si la poussière s’est formée dans l’atmosphère de Mars cela suggère que nous n’avions pas vu jusqu’alors un phénomène atmosphérique important de la planète rouge », commente Laila Andersson, du laboratoire atmosphérique et de physique spatiale de l’Université du Colorado.

À l’heure actuelle, les scientifiques ignorent s’il s’agit d’un phénomène temporaire ou durable.

Alors qu’aucun processus connu des planétologues ne peut expliquer l’origine de cette poussière aux endroits où elle se trouve, plusieurs hypothèses sont évoquées : les deux lunes de Mars (Phobos et Deimos), de la poussière portée par les vents solaires ou des débris de comètes.

Grâce à son spectrographe à ultraviolets, Maven a également détecté des aurores boréales similaires à celles qui se produisent sur Terre. « Ce qui a été surtout surprenant dans les aurores boréales martiennes observées, c’est la grande profondeur dans l’atmosphère à laquelle elles se sont produites par rapport à celles sur la Terre ou ailleurs sur Mars dans les observations précédentes », fait remarque Arnaud Stiepen, un chercheur de l’Université du Colorado.

Toutes ces observations font l’objet d’une présentation lors de la conférence des sciences lunaires et planétaires qui se tient cette semaine à The Woodlands, au Texas.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentYahoo! se désengage complètement de la Chine
Article suivantLa NASA publie des images de l’éruption solaire la plus intense de l’année

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here