Mars One : le seul Français encore en course répond aux questions

Plus de 200 000 personnes se sont annoncées volontaires pour la mission sans retour Mars One. Elles ne sont plus que 100, dont un Français. Jeremy Saget a répondu aux questions de Metronews.

Le projet Mars One vise à lancer un voyage sans retour vers la planète Mars dans le but d’y installer une colonie humaine. Pour ce projet qui peut paraitre fou, plus de 200 000 personnes du monde entier se sont portées volontaires.

Après une première sélection, il ne reste plus que 100 personnes courses, 50 hommes et 50 femmes. Parmi elles, il reste un Français : Jeremy Saget.
Le seul candidat français subsistant a répondu aux questions de Metronews.

Interroger au sujet des qualités qui lui ont permis de passer cette épreuve de sélection, Jeremy Saget considère qu’être médecin aérospatial est certainement un plus tout en avouant que ce n’est certainement pas le principal facteur. « S’attendre à l’inattendu, rester soi-même, se connaître et vibrer d’une passion sincère est ce qui compte à mon avis. Je suis resté surtout loyal à ce que je sais de moi. Il faut penser qu’on peut changer le monde, un peu, sans naïveté, avoir confiance, vouloir se dépasser, avoir le goût des défis, le sens de l’engagement », explique-t-il.

Avec une grande expérience en matière de missions en conditions extrêmes d’isolement, le Dr Kraft doit maintenant sélectionner les bons groupes, avec les bonnes dynamiques interindividuelles. C’est pour cette raison que les prochains rounds vont servir à établir des profils psychologiques poussés des candidats.

Jeremy Saget considère que les prochaines étapes vont se composer de challenges en groupe, de simulations dans les conditions martiennes de plus en plus poussées et contraignantes. Il précise n’avoir aucune précision au sujet des dates et des lieux de ces prochaines évaluations.

Alors que Mars One est une mission sans retour, Jeremy Saget est bien évidemment interrogé au sujet de ses motivations. Avec un grand-père pilote de chasse et candidat astronaute à la fin des années soixante, l’espace est quelque part dans ses gênes. Lorsqu’il était âgé de 20 ans, il est tombé sur un article au sujet de la mission Mars Pathfinder. Alors qu’une future mission habitée vers Mars était projetée à l’époque pour 2020, il explique avoir compris que sa génération verrait un homme sur Mars. C’est pour cette raison qu’il explique s’être promis, d’une manière ou d’une autre, de faire partie de cette aventure.

Jeremy Saget explique que c’est la nature de l’homme d’explorer, se dépasser, s’aventurer, que cette mission est un destin collectif qui peut inspirer les nouvelles générations. « J’ai développé une foi dans ce projet, parce que c’est cohérent avec ma vision, une convergence de mes passions pour la science, la technologie, l’humanité. Et j’en accepte tous les paradoxes ».

Il reste maintenant à savoir si Jeremy Saget pourra aller jusqu’au bout de son rêve dans les étoiles.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiOS : le retour de VLC se précise
Article suivantL’IETF finalise le protocole HTTP/2

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here