Mars : un immense nuage qui intrigue

Des astronomes ont remarqué un immense nuage sur Mars, un nuage qui ne devrait pas exister et qui intrigue.

C’est en mars 2012 que astronomes amateurs ont observé une immense masse nuageuse dans l’hémisphère sud de la planète Mars, un phénomène que les scientifiques ne peuvent pas expliquer. Ce mystère est d’autant plus énigmatique que le phénomène s’est reproduit un mois plus tard.

La première idée serait que cet immense nuage soit une tempête de sable ou réellement un très gros nuage. Le hic, c’est que son altitude dépasse les 200 kilomètres, ce qui rend ces hypothèses invraisemblables.

Après des mois de recherches, une équipe de chercheurs, dirigée par Agustin Sanchez-Lavega de l’université du Pays basque, a publié les conclusions de leur travail dans la revue Nature. Ces conclusions ont de quoi interpeller.

Les scientifiques émettent deux théories. La première serait qu’il s’agisse non pas d’une tempête de sable, mais d’une tempête de particules d’eau ou de dioxyde de carbone glacées. Bien que fréquentes sur Mars, ces tempêtes n’ont jamais été observées à une telle altitude. C’est en fait parfaitement normal vu qu’il est physiquement impossible que de gros nuages dépassent les 100 kilomètres d’altitude : « A 200 km, nous ne devrions observer aucun nuage, l’atmosphère ne le permet pas. Que l’on en ait observé un pendant 20 jours au total est très surprenant », explique Antonio Garcia Munoz, de l’ESA.

Une autre explication serait qu’il s’agisse d’une aurore martienne, l’équivalent de nos aurores boréales. Cette théorie coince aussi vu qu’elle serait 1 000 fois plus brillante que la plus brillante des aurores martiennes recensées.

De fait, les chercheurs n’ont pour le moment pas d’explication rationnelle à ce phénomène mystérieux. En fait, la publication de leur étude ne vise pas à fournir une réponse, mais plutôt à solliciter la communauté scientifique pour qu’elle aide à percer ce mystère.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSpeed dating : il faut être attentif et ne pas parler de travail
Article suivantLa Volkswagen Passat Alltrack à dévolution totale en formule aventurier

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here