Médecin, astrophysicien et maintenant astronaute

Nous avons un premier nom sur la liste de l’équipage de la Station Spatiale Internationale qui sera envoyé en 2018 dans le cadre du projet Soyouz. David Saint-Jacques, scientifique polyvalent qui vient de Québec.

David Saint jacques n’avait pas prévu une carrière d’astronaute

Il est médecin, astrophysicien et surtout père de famille. Un homme ambitieux qui garde quand même les pieds sur terre : « Si vous saviez ! Tout est difficile dans ce milieu-là. Moi, je suis juste un peu gourmand si vous voulez. Je suis une sorte de touche à tout ». Malgré sa grande ambition, il n’a jamais prévu de devenir astronaute, c’est une amie qui lui a suggéré l’idée. Il a donc postulé à l’Agence Spatiale Canadienne et a été retenu, à l’âge de 46 ans.

6 mois de cohabitation au bord de la Station Spatial Internationale

« Je me souviens quand j’ai compris ce qu’étaient ces images de la Terre vue de l’espace. Ce que ça voulait dire. […] J’ai réalisé toute l’importance de la science, de la technologie. Que les connaissances, ça nous aidait à appréhender la réalité. Mon rêve, vraiment, c’était de comprendre le monde. L’ambition folle de tout comprendre ». Le rêve de Saint-Jacques est donc entrain de devenir réalité. Il copilotera la fusée Soyouz en novembre 2018 pour rejoindre l’équipage de la Station Spatiale Internationale. Une station de 110 mètres de long et 74 mètres de large qui seront occupés par six astronautes. Les noms des autres membres de l’équipage n’ont pas encore été dévoilés. Celui du québécois l’a été du fait de sa préparation qui prendra le plus de temps.

L’exploration spatiale, source d’avancées scientifiques

David Saint-Jacques est un fervent défenseur de l’exploration de l’espace et ses bénéfices. Il avance notamment que « Les astronautes développent tout plein de problèmes dans l’espace et ces problèmes ressemblent à des maladies qui nous affligent sur terre : l’ostéoporose, les problèmes neurologiques, etc. Chaque fois qu’on développe des manières de les aider à rester fonctionnels dans l’espace, on fait d’une pierre deux coups, on aide la médecine sur terre ». La fortune qui est investie dans cette exploration est donc parfaitement justifiée selon lui. Quant aux projets comme celui d’aller sur Mars, il pense que « Pour arriver à se rendre sur Mars, il va falloir maîtriser complètement les problèmes environnementaux, devenir les maîtres absolus du recyclage des ressources », un vrai challenge qui nous pousse à nous dépasser.

Une mission à risque

Il avoue également avoir peur puisque la mission contient une part de danger. Il croit en l’importance de la préparation et l’étude pour contrer cette peur : « plus on est préparé, plus on comprend pourquoi on a peur, plus on est en contrôle de ses moyens et plus on peut anticiper les problèmes et s’exercer d’avance à notre réponse. »

Cette difficulté sera vécue par sa famille aussi, sa femme et ses deux enfants de 3 et 5 ans qui ne semblent pas vouer un culte pour les astronautes : « Je dois vous avouer qu’ils sont plus impressionnés par les pompiers, les policiers et les ambulanciers ces temps-ci. »

Une grande aventure et un rêve de longue date seront réalisés par David Saint-Jacques.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentEt un autre accident dû à un GPS
Article suivantToyota Mobility Foundation et New Cities Foundation s’allient autour de la mobilité urbaine
Avec des parents scientifiques, j'ai été bercée depuis mon plus jeune âge dans domaines de compétence qui me dépassaient complètement. Bien qu'ayant choisi une carrière de journaliste, je me suis naturellement toujours retrouvée à parler de ce genre de sujets. Les thèmes qui me passionnent le plus ? La physique par mon père, la biologie pas ma mère. Mais je l'avoue, je suis loin d'être aussi compétente qu'eux. Après avoir roulé ma bosse en travaillant pour diverses publications, je me suis retrouvée à écrire pour des sites internet. Je trouve que cette approche du journalisme colle plus à l'ère du temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here