MegaChat arrive… par petits bouts

Kim Dotcom avait annoncé la prochaine disponibilité de MegaChat. Ce service est désormais disponible, enfin le premier bout.

C’est en fin d’année dernière que l’emblématique Kim Dotcom avait annoncé la prochaine sortie de MegaChat, une alternative sécurisée à Skype. Il avait notamment annoncé l’organisation d’une bêta pour une sélection d’invités.

Au final, ce nouveau service est ouvert à tout le monde, depuis aujourd’hui. Mais attention, tout n’est pas encore fini, donc pas encore disponible. En effet, la totalité du service et des fonctionnalités vont être proposées petit bout par petit bout.

Pour le moment, dans la phase qui a démarré aujourd’hui, seuls les appels audio et vidéo sont disponibles. Dans un tweet, Kim Dotcom promet que la messagerie texte et le partage d’écran « suivront prochainement ».

Cette disponibilité partielle n’empêche pas l’utilisateur de découvrir l’interface de MegaChat. En fait, ce service n’est pas indépendant, il est intégré au client web de Mega, le service de stockage en ligne. Plus précisément, MegaChat est intégré à la future version de Mega.

Sous les onglets Drive, Shared et Contacts existants, un nouvel onglet communication fait son apparition. C’est par ce biais que l’on a connaissance de la présence de ses amis et que l’on peut démarrer une communication. Du point de vue fonctionnel, MegaChat est tout ce qu’il a de plus banal, hormis le chiffrement de bout en bout au travers du navigateur internet.

Il est à noter que parallèlement à MegaChat, Mega lance la version bêta de son nouveau client web, une version qui n’apporte qu’une modeste refonte esthétique. On notera que cette version est accessible via son nouveau nom de domaine, mega.nz au lieu de mega.co.nz.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWhatsApp : une version web qui déçoit
Article suivantLes 19 ingrédients des frites McDonald’s

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here