Mercedes-Benz CLA Shooting Brake : ose le design avant la capacité

Alors que Mercedes aurait pu opter pour la capacité de son nouveau break, la marque allemande a préféré privilégier le design.

Alors que le CLA Shooting Brake est la déclinaison break de la CLA, on pourrait s’attendre à un gain notoire de volume. Et bien pas du tout. Avec ses 495 litres, le coffre ne gagne que 25 litres.

De fait, l’idée principale de Mercedes a été de mettre l’accent sur le style plutôt que la capacité pure et simple de son break. Pour cause, il suffit de remarquer son toit plongeant pour constater que les lignes ont été au cœur de l’attention des designers, une démarche que la concurrence ne propose pas.

Il est tout de même bon de préciser que la capacité du coffre passe à 1 354 litres lorsque les sièges arrière sont rabattus.
Alors que des photos officielles présentent la CLA Shooting Brake, il est bon de préciser que ce break sera disponible avec deux motorisations diesel (200 CDI et 220 CDI) et trois motorisations essences (180, 200 et 250). Le break sera par ailleurs disponible en quatre niveaux de finition : Sport, Sport AMG, conçu par AMG, AMG, ainsi que dans une édition spéciale baptisée Orange Art.

Seul le modèle CLA 250 en version conçu par AMG sera proposé avec une option 4Matic.
Au niveau des options, il faut noter un hayon électrique, un plancher verrouillable pour le coffre standard et des raies de charge en aluminium.

Alors que les commandes seront ouvertes à partir de janvier 2015 pour les premières livraisons dès le mois de mars, son prix au Royaume-Uni devrait commencer à £ 25 500, pour s’élever à £ 43 000 pour la version AMG.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPhilae : Ptolemy fait des découvertes « riches »
Article suivantBlack Friday : Amazon va proposer sa tablette Fire HD 7 pour 99 euros

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here