Mercedes-Benz dévoile la nouvelle génération de son roadster SL

Déjà très réussi, le roadster SL de Mercedes-Benz est encore plus beau dans sa nouvelle version.

Mercedes-Benz profite du salon de Los Angeles pour présenter la nouvelle génération de son roadster SL. Le moins que l’on puisse dire est que la marque a su rendre ce modèle encore plus élégant et sportif.

Avec un capot redessiné, de nouveaux pare-chocs, des projecteurs à LED, une proue remaniée, des lignes accentuées par deux bossages, le nouveau SL gagne en élégance et en sportivité.

Comble de l’esthétique, toutes les antennes et l’arceau de sécurité sont entièrement intégrés, donc invisibles, ce qui offre à la voiture une ligne pure.

Sous le capot, Mercedes-Benz SL propose des motorisations plus puissantes associées à une boîte de vitesses automatique à neuf rapports 9G-Tronic. Le Dynamic Select comprenant cinq programmes de conduite. La gamme va du SL 400 (V6 de 367 ch et 500 Nm) au SL 65 (à moteur V12 de 630 ch et 1 000 Nm), en passant par le SL 500 (V8 de 455 ch et 700 Nm) et le SL 63 (V8 de 585 ch et 900 Nm), soit deux versions Mercedes-Benz et deux versions Mercedes-AMG.

Le SL a droit au freinage d’urgence assisté actif, à l’alerte anticollision par radar et à l’assistance au freinage. D’autres fonctionnalités sont proposées en option, comme le Pack d’assistance à la conduite Plus avec caméra stéréo, le pilote automatique de stationnement, l’Intelligent Light System à LED, l’assistant de feux de route Plus, ou encore la suspension active (ABC).

La nouvelle génération du SL a aussi droit au Pack d’intégration pour smartphone comprenant Apple CarPlay.

Si le prix du nouveau SL n’est pas encore connu, on sait par contre qu’il sera disponible à partir d’avril 2016.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Cloud veut séduire les entreprises avec Diane Green aux commandes
Article suivantHangouts s’émancipe aussi des comptes Google

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here