Messagerie éphémère : Yahoo! rachète Blink

Si tout le monde parle de Snapchat en tant messagerie éphémère, il existe d’autres services du même genre, comme Blink. Yahoo! vient d’ailleurs d’annoncer le rachat de Blink pour l’intégrer à ses propres services.

Yahoo! souffre toujours autant de gloutonnerie, une manière comme une autre de se renforcer dans le domaine de l’activité mobile. Pour sa nième acquisition, c’est sur Meh Labs, l’éditeur du service de messages éphémères Blink, que Yahoo! a décidé de jeter son dévolu.

Sans que le montant de la transaction ne soit révélé, on sait d’ores et déjà que l’application Blink sera retirée des boutiques Android et iOS. Afin d’être intégrée dans de futurs services proposés par Yahoo!.

À l’instar de ce que propose Snapchat avec les images, Blink propose pratiquement la même chose au niveau des messages avec des échanges cryptés et éphémères.

Alors que l’application Blink a déjà été téléchargée plus de 100 000 fois, Kevin Stephen, le PDG de Meh Labs, espérait adapter son produit au monde de l’entreprise. En sera-t-il toujours de même maintenant que sa start-up a été rachetée ?

En attendant de connaitre l’avenir de Blink au sein de Yahoo!, cette nième acquisition est l’occasion de souligner que la stratégie de rachat préconisée par Marissa Mayer semble porter ses fruits vu que l’activité mobile représente désormais 430 millions d’utilisateurs, ce qui correspond à une progression annuelle de 30%. Financièrement parlant, le chiffre d’affaires excluant les revenus reversés à des partenaires a progressé de 1% alors que celui de l’ensemble du groupe a reculé de 1%, mais ce début modeste semble accréditer que c’est la bonne stratégie qui a été suivie.

Yahoo s'offre Blink, concurrent de Snapchat
Yahoo s’offre Blink, concurrent de Snapchat

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSFR : prime exceptionnelle de 2 000 euros pour la fusion avec Numericable
Article suivantSamsung : des Gear Glass pour l'IFA ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here