Une messagerie instantanée sans internet ça existe : FireChat

Vouloir communiquer avec ses amis en utilisant un service de messagerie instantanée nous oblige à disposer d’une connexion internet. Avec FireChat, tout est possible, même sans internet !

À l’instar de tous les autres services de messagerie instantanée, FireChat n’innove pas en proposant d’envoyer et recevoir du texte, mais aussi des photos, à une autre personne ou à un groupe de personnes. La principale innovation de FireChat, c’est qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’une connexion internet pour pouvoir communiquer.

La grande question est bien évidemment de savoir comment FireChat peut communiquer à tout instant, sans internet. Simplement en utilisant le Multipeer Connectivity Framework disponible dans iOS 7. Sans entrer dans des détails trop techniques, cette technologie repose sur la connexion directe, en Wi-Fi ou en Bluetooth pour pouvoir créer un réseau ad hoc permettant de communiquer entre appareils sans recourir à internet. Si FireChat s’appuie sur cette technologie, c’est par exemple aussi le cas d’AirDrop.

Développé par la start-up californienne Open Garden, FireChat risque de faire un malheur auprès de tous les utilisateurs qui ne disposent pas d’un forfait data, surtout que le service peut parfaitement fonctionner peu importe l’endroit où l’utilisateur se trouve.

Pour finir, en plein scandale des écoutes de la NSA, il faut préciser que toutes les communications sur FireChat sont anonymes et non-censurées, ce qui devrait limiter les oreilles indiscrètes.

Si FireChat sera la messagerie instantanée de demain, elle a en tout cas de sérieux arguments à faire valoir !

FireChat, la première application de messagerie instantanée qui fonctionne sans Internet
FireChat, la première application de messagerie instantanée qui fonctionne sans Internet

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentNSA : serrement de vis au niveau des données téléphoniques ?
Article suivantTwitter : la censure turque booste son utilisation

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here