Météorologie spatiale : pas de perturbation majeure pour deux tempêtes solaires

Le Centre américain de prévisions météorologiques spatiales annonce que deux tempêtes solaires doivent frapper la Terre, normalement sans perturbation majeure dans le réseau électrique et les communications.

Deux éjections de masse coronales à la surface du soleil (EMC), survenues lundi soir et mercredi soir, ont projeté dans l’espace du plasma ionisé dans l’espace à très grande vitesse en direction de la Terre ce qui pourrait interférer avec le champ magnétique terrestre et provoquer des orages magnétiques.

Ces éjections ne sont pas rares en elles-mêmes, c’est leur puissance et l’intervalle rapproché qui les séparent qui est relativement inhabituels.

C’est pour cette raison que le Centre américain de prévisions météorologiques spatiales (Space Weather Prediction Center) « n’exclut pas une plus grande intensité de ces tempêtes solaires surtout dans les régions polaires où les interactions avec le champ magnétique terrestre sont les plus fortes ».

Devant frapper la Terre jeudi et vendredi soir, ces tempêtes « pourraient provoquer quelques problèmes dans les communications radio et les signaux GPS », mais sans perturbation majeure, et surtout provoquer des aurores boréales spectaculaires partout dans le ciel nord-américain vendredi soir.

Il est a souligné qu’une « puissante » tempête solaire a manqué de justesse la Terre en 2012, une tempête qui aurait pu coûter quelques 2 000 milliards de dollars à l’économie mondiale si un tel événement, de l’ampleur de la tempête solaire de 1859, se produirait aujourd’hui dans une économie qui dépend entièrement de l’électricité, de l’électronique et de l’informatique.

Deux tempêtes solaires vont frapper la Terre
Deux tempêtes solaires vont frapper la Terre

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMenu Démarrer : une 1ère vidéo de Windows 9
Article suivantLe Spinosaurus semait plus la terreur dans les rivières que sur terre ferme

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here