Métro parisien : Free conclut un accord avec la RATP

Après Bouygues Telecom, SFR et Orange c’est au tour de Free de signer un accord avec la RATP pour le déploiement de la 3G et 4G dans le métro parisien.

C’est depuis 2012 que la RATP a conclu plusieurs conventions avec Bouygues Telecom, SFR puis Orange dans le but de proposer de la 3G et de la 4G aux usagers du métro parisien. Il ne manquait que Free à l’appel. Ce manque est désormais comblé vu que le trublion des télécoms français vient de conclure un accord avec la RATP.

« La RATP se réjouit de la signature de cet accord qui permettra aux abonnés de Free Mobile qui accèdent déjà aujourd’hui à la 2G de se connecter pendant leurs déplacements sur les réseaux de la RATP en 3G et 4G. C’est un élément essentiel pour améliorer la qualité de service au quotidien et rendre le temps de transport aussi utile qu’agréable », communique la régie parisienne.

Concrètement, l’accord couvre le déploiement de la 3G et de la 4G dans le métro et les lignes A et B du RER. Si aucun calendrier n’est fourni pour le moment, il est tout de même fait mention d’un : « très prochainement » dans les stations et dans les trains.

Vu que la RATP avait retenu Sogetrel pour assurer le déploiement de son réseau, Free, au même titre que les autres opérateurs, profitera d’une infrastructure mutualisée ouverte à tous les opérateurs français compatibles avec les bandes de fréquences 800, 900, 1800, 2100 et 2600 MHz.

Alors que la RATP annonce une la couverture intégrale du réseau parisien pour fin 2015, Sogetrel précise que les lignes les plus fréquentées, à savoir la ligne 1 du métro et A et B du RER seront totalement couverte en 3G et 4G d’ici la fin 2014.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentTechnologie de recherche : Facebook veut se passer de Bing
Article suivantFacebook vs YouTube : LeWeb est l’occasion de parler de la guerre de la vidéo

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here