Microsoft annonce que Chakra, le moteur JavaScript de Edge, va devenir open source

Depuis qu’il est à la tête de Microsoft, Satya Nadella fait des efforts en direction de l’open source. La dernière annonce en date concerne Chakra, le moteur JavaScript du navigateur Edge.

Chakra est le moteur JavaScript de Microsoft. Il est le cœur du navigateur Edge de Windows 10. Développé depuis 2008, il est une véritable machine virtuelle JavaScript pouvant être embarquée dans de nombreuses applications.

Microsoft suit l’exemple de Google

Le moteur JavaScript V8 utilisé dans le navigateur internet Chrome avait été libéré par Google. Microsoft va en faire de même avec Chakra. C’est à l’occasion de la conférence JSConf que l’annonce a été faite.

L’annonce faite précise que les différents éléments du moteur JavaScript réunis au ChakraCore passeront en open source en début d’année prochaine. Cela va comprendre le parser (analyseur syntaxique), l’interrupteur, le compilateur JIT (Just-In-Time) et le ramasse-miettes (dédié à la gestion automatique de la mémoire). Dans un billet de blog, Microsoft précise que tous ces éléments seront déposés sur GitHub en janvier 2016.

Chakra, la clef de voûte de Microsoft

En étant au cœur du navigateur Edge, mais aussi au cœur des applications universelles de Windows 10, de Cortana, d’Outlook.com ou encore d’Azure DocumentDB, le moteur JavaScript Chakra est une véritable clef de voûte pour Microsoft. En le rendant open source, l’idée est qu’il soit encore plus utilisé, notamment dans les services cloud, l’internet des objets (IoT), etc.. Il est aussi utilisé par le langage informatique libre TypeScript, développé par Microsoft, pour le développement d’applications web.

Pour assurer le succès de Chakra, Microsoft compte sur la communauté du libre, mais pas seulement. Plusieurs grands groupes, comme Intel, AMD et NodeSource, auraient fait part de leur grand intérêt pour ChakraCore.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFirefox va perdre la publicité de son écran d’accueil
Article suivant9% des applications Android interagissent avec des URL potentiellement malveillantes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here