Microsoft Band : un bracelet connecté compatible iOS, Android et Windows Phone

En dévoilant son premier bracelet connecté, le Band, Microsoft joue la carte de la compatibilité vu qu’il est annoncé compatible avec iOS, Android et Windows Phone. band

Par sa panoplie de capteurs qui permet de mesurer le rythme cardiaque, de suivre sa vitesse de déplacement, de calculer le nombre de calories brûlées, de surveiller le sommeil, le premier bracelet connecté de Microsoft ne semble à priori rien révolutionner. Pourtant, en étant compatible avec iOS, Android et Windows Phone, le Band innove par son ouverture vers les trois principaux systèmes d’exploitation mobiles.

Avec son écran couleur tactile de 1,4 pouce, le Band séduit avec des informations qui accrochent le regard. C’est d’autant plus important que ce bracelet n’est pas seulement capable d’afficher des informations obtenues par ses capteurs, mais qu’il sait aussi relayer des notifications en provenance d’un smartphone et qu’il est même capable d’accéder au cloud pour centraliser toutes les données de son utilisateur dans le but d’également offrir une compatibilité avec des accessoires fitness et applications tierces telles que ceux proposés par Jawbone, MapMyFitness, MyFitnessPal ou encore RunKeeper.

Cerise sur le gâteau, Microsoft a doté son Brand de Cortana, son assistant vocal qui pourra rappeler des rendez-vous, répondre à certaines questions et servir d’assistant au quotidien.

Le Microsoft Band est disponible dès aujourd’hui aux États-Unis au prix de 199 dollars. Rien n’est pour le moment précisé au sujet de sa commercialisation en Europe, certainement le temps que Cortana apprenne le français.

Dernier point, visuellement parlant le Band est très sobre, typiquement sans écran incurvé.

band2

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentL’état du Soleil est anormal, mais pas alarmant
Article suivantTim Cook avoue officiellement son homosexualité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here