Microsoft n’a pas peur de changer son fusil d’épaule

Est-ce un signe de l’arrivée de Satya Nadella à la tête de Microsoft ? Peut-être… Une chose semble en tout cas désormais certaine, la firme de Redmond n’a pas peur de changer son fusil d’épaule.

Les choses semblent changer très vite au sein de Microsoft, tout ce qui pouvait être considéré comme acquis change si le besoin s’en fait sentir, une réactivité que l’on n’avait quasiment jamais rencontrée chez Microsoft.

Par exemple, il avait été clairement dit « It will not be sold separatly », c’est-à-dire que le module Kinect de la Xbox One ne serait jamais vendu séparément l’un de l’autre. Pourtant, en annonçant une console sans module, Microsoft rompt sa promesse. En fait, c’est surtout pour proposer une Xbox One au même prix que sa concurrente, la PS4, que la firme de Redmond a su changer son fusil d’épaule.

De la même manière, alors que 50% des clients Netflix regardent leurs films sur une console, ils ne sont que 12% à le faire sur une Xbox One. Là encore, Microsoft change son fusil d’épaule en proposant désormais gratuitement la possibilité d’accéder aux services de film sur demande.

À ces grands chamboulements qui ont touché le monde de la Xbox One, il faut en ajouter d’autres, comme le fait de proposer gratuitement Office pour iPad, une autre innovation alors que Microsoft avait précédemment toujours fait payer des logiciels.

Alors que tous ces revirements stratégiques interviennent depuis l’arrivée de Satya Nadella à la tête de Microsoft, est-ce que c’est déjà sa touche personnelle qui se fait sentir, une réactivité jusque-là inconnue chez l’éditeur de Redmond ? Il ne reste plus qu’à suivre l’actualité pour savoir si cette nouvelle tendance va perdurer dans le temps.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSupport des DRM : Firefox s'aligne sur les autres navigateurs
Article suivantAutodesk va proposer une solution open source d'impression 3D

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here