Microsoft : précurseur en employant des robots pour sa sécurité

Microsoft utilise désormais des robots pour assurer la sécurité de son campus, une attitude de précurseur qui devrait se généraliser dès 2015.

Microsoft a engagé quatre robots K3 conçus par la société Knightscope pour assurer la sécurité de son campus. Bardés de caméras et de capteurs, ces robots autonomes sont dotés d’une intelligence à même de les faire réagir de manière adéquate à différentes situations.

Pour le chroniqueur scientifique Matt Stambaugh, « Vous lui apprenez une fois son environnement et après il est autonome pour faire ses rondes dans le périmètre qui lui a été assigné ». « Équipés de toute une variété de capteurs, ils font le même travail que ce que proposent beaucoup d’entreprises privées de sécurité aujourd’hui ».

Matt Stambaugh préciser qu’« Il n’est pas aussi évolué que ce que Google a fait avec sa voiture autonome. Mais avec tous ses différents capteurs à bord, il est capable de dresser une carte de la région et de décider quelle action doit être signalée ou pas ».

Le chroniqueur explique également que « La société Knightscope propose de louer ses K5 pour 6,25 $ de l’heure, soit environ la moitié du tarif moyen d’un service de garde humain ». « Ils sont capables de travailler sans arrêt, leur batterie tient une journée et se recharge en seulement 20 minutes », autant d’avantage selon lui pour ces robots de surveillance.

C’est ainsi que Matt Stambaugh considère que les robots de sécurité auront un gros boom en 2015 et que Microsoft n’est en fait qu’un précurseur en la matière.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentPourquoi ne pas installer CarPlay sur un iPad ?
Article suivantQue faut-il retenir d’Android 5.0 Lollipop ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here