Microsoft : Uber s’offre une partie des technologies de Bing Maps

Uber vient de conclure l’achat d’outils logiciels, de licences, d’un datacenter dans le Colorado et une centaine d’ingénieurs liés au service de cartographie Bing Maps.

Bien que dans la tourmente dans de nombreux pays, Uber continue d’aller de l’avant en annonçant avoir conclu un accord avec Microsoft pour acquérir des technologies et biens liés au service de cartographie Bing Maps. La firme de VTC a donc fait l’acquisition d’outils logiciels, de licences, d’un datacenter dans le Colorado et des appareils photo, sans oublier une centaine d’ingénieurs.

Alors qu’aucune précision n’a été fournie au sujet des détails financiers de cette transaction, cette opération a bien évidemment pour but de renforcer le service de cartographie d’Uber dans le but d’améliorer la mise en relation entre les clients et les chauffeurs.

Ces achats vont permettre d’améliorer l’aspect géographique de l’application Uber, mais aussi d’améliorer les estimations faites en matière de temps de trajet et d’heure d’arrivée.

« Nous sommes ravis des talents et des technologies que cette acquisition nous apporte », a déclaré Uber.

Il faut préciser qu’Uber fait le forcing en matière de cartographie. Hormis ces acquisitions, l’entreprise a aussi embauché un ancien responsable de Google Maps il y a quelques semaines, et est toujours sur les rangs pour s’offrir Here Maps, le service de cartographie de Nokia.

Il est à souligner que cette vente à Uber ne pénalise en rien Microsoft, la firme de Redmond conservant toujours la propriété de la majorité de ses technologies. Son idée est d’ailleurs de continuer à les offrir sous forme de licence à des entreprises tierces

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentGoogle Earth : « Voyager » pour célébrer les 10 ans du service
Article suivant10 000 € d’amende pour le magazine Téléchargement, pour incitation au piratage

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here