Minds : un réseau social Open Source qui privilégie la vie privée

C’est cette semaine que Minds a été lancé, un nouveau réseau qui place la défense de la vie privée comme priorité.

C’est avec objectif de redonner à l’utilisateur une protection de la vie privée, de la transparence et une sécurité renforcée que Bill Ottman a conçu Minds, un nouveau réseau social.

C’est cette semaine que Minds a été lancé, avant tout à l’intention des activistes du monde entier. Pour preuve, les Anonymous en sont déjà fans !

Alors que Facebook est accusé de jouer avec les données personnelles des utilisateurs, c’est bien évidemment le réseau de Mark Zuckerberg qui est le premier visé par Minds.

Mais si Facebook est visé, il a aussi été copié. En effet, toutes les fonctions de base de Minds se sont inspirées de lui. Par contre, pour le reste, tout est différent.

Autre différence, Minds est Open Source, ce qui signifie que chaque utilisateur peut contribuer à la conception, à l’entretien et à l’amélioration de Minds.

Alors que Facebook et Twitter parlent de monétisation, la publicité n’est pas la source de revenus choisie par Minds. Il va s’agir d’un système de « récompense », un système qui va permettre à chaque utilisateur de choisir les publications qu’il souhaite mettre en avant grâce aux points reçus selon son activité sur le réseau. De fait, Minds entre aussi dans la catégorie des médias alternatifs où l’utilisateur ne se voit rien imposer.

Alors qu’on se demande si Minds pourra survivre à la concurrence de Facebook, Twitter et autres, la réponse est certainement. En effet, le soutien d’Anonymous sur leur page Facebook « ART of Revolution », suivie par plus d’un million de personnes, va susciter un certain engouement vu que les activistes écrivent : « Les Anonymous lancent un appel aux hackers, concepteurs et développeurs pour s’unir ! Unissons-nous pour collaborer et aider à construire minds.com ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWelcome : Netatmo ajoute de la reconnaissance faciale à sa caméra de surveillance
Article suivantMicrosoft dévoile les prix de la Surface Hub

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here