Mini Clubman : l’Audi A3 en point de mire

Avec le Mini Clubman, l’ambition est tout simplement de venir concurrencer l’Audi A3, notamment la Sportback.

Avec 204 669 exemplaires vendus, le succès du Mini Clubman a été honorable, mais en net retrait par rapport aux autres modèles de la gamme. C’est pour cette raison que la formule break de chasse à carrosserie asymétrique a été abandonnée pour le nouveau Mini Clubman qui reprend son appellation tout en étant une voiture quatre portes classiques.

Pour justifier sa place dans la gamme, le nouveau Mini Clubman a droit à quelques centimètres de plus en mesurant désormais 4,25 mètres de long.

Plus radical, ce modèle il s’émancipe des autres modèles en ne partageant aucun élément de carrosserie, notamment en raison de ses 9 centimètres de plus en largeur.

Pour ce nouveau Clubman, BMW a décidé de conquérir de nouvelles niches de marché et de venir titiller les Audi A3 Sportback et Volvo V40, quitte à venir menacer la BMW Série 1.

En raison de sa taille supérieure, même si la ressemblance est frappante par rapport à la plus récente des Mini, le mobilier intérieur est totalement nouveau, avec l’arrivée d’équipements inédits pour la marque tels que des sièges électriques à mémoire.

L’indépendance du Clubman s’affiche aussi au niveau de la motorisation avec la version Cooper (trois cylindres essence 1.5 de 136 ch), Cooper S (quatre cylindres essence 2.0 de 192 ch) et Cooper D (quatre-cylindres Diesel 2.0 de 150 ch). Les quatre cylindres disposent en option de la boîte automatique à huit rapports, alors que les autres Mini doivent se contenter d’une boîte à six rapports.

Preuve de l’influence de BMW dans la conception de ce Mini Clubman, sa présentation officielle se fera lors du Salon de Francfort.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFree Mobile : dix mille antennes pour se détacher d’Orange !
Article suivantJailbreak iOS 8.3 : TaiG devance PanGu

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here