Accueil » Science » Miracle archéologique … ou découverte d’une « momie » d’un genre nouveau ?!

Miracle archéologique … ou découverte d’une « momie » d’un genre nouveau ?!

Lors de fouilles archéologiques entamées dans le couvent des jacobins de Rennes, des archéologues français ont fait une découverte insolite : un cercueil fait de plomb enseveli et recouvrant le corps d’une noble dont le décès remonte à plus de trois siècles (1656) et dont la dépouille de 1m45 est en quasi parfait état de conservation !

Ce miracle archéologique concerne une femme identifiée comme pouvant être Louise de Quengo, et elle serait l’épouse du chevalier Toussaint Perrien lui-même décédé en 1649.

Cette hypothèse affirmée par les archéologues est justifiée par la présence au pied de la défunte d’une petite boîte métallique en forme de coeur et qui contiendrait le coeur du chevalier défunt.

Sans aucun doute, on est face à la découverte d’une « momie » d’un genre nouveau, en raison de l’état extraordinaire du corps enterré depuis des lustres : la peau, les cheveux et le… CERVEAU sont encore bien conservés.

La noble serait-elle entrée dans les ordres à la suite du décès de son époux comme l’affirment des sources scientifiques ? En tout cas les vêtements qu’elle porte et qui sont à leur tour très bien conservés sont constitués d’une tenue de none et des chaussures en cuir avec semelles en liège !

À l’issue de cette extraction d’un genre exceptionnel, la dépouille va de nouveau reposer dans le couvent Rennais, qui va bientôt devenir centre de conférences. Toutefois, ce retour se fera sans ses vêtements, ces derniers seront exposés au public. En attendant, beaucoup de questions sur cette découverte interpellent aussi bien les archéologues que les scientifiques !

petite-boite-metallique-coeur-toussaint-perrien

Votes
[Total : 2 votes en moyenne : 4.5]

Ça pourrait vous intéresser

Des fouilles en Alsace révèlent une tuerie néolithique vieille de 6000 ans

Des fouilles en Alsace révèlent une tuerie néolithique vieille de 6000 ans

Comme le prouvent des charniers découverts en Allemagne et en Autriche, la période néolithique n’était …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *