Mission Rosetta : la saga de Philae reprendra en mars

Alors que l’atterrisseur Philae est pour le moment en hibernation sur la comète Tchouri, le président du CNES estime qu’il devrait se réveiller en mars prochain.

Après plus de dix de voyage en tant que passager de la sonde Rosetta, l’atterrisseur Philae a passionné le monde entier, le 12 novembre dernier, en devenant le premier engin humain à se poser sur une comète.

Après une chute libre de sept heures, à plus de 510 millions de kilomètres de la Terre, Philae s’est posé sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, un atterrissage qui ne s’est pas tout à fait déroulé comme prévu vu que le module a rebondi plusieurs fois avant de se retrouver finalement coincé entre des falaises, dans un endroit peu ensoleillé pour le moment. Ce manque de lumière fait que Philae est entré en mode hibernation dans l’attente de jours meilleurs pour que ses batteries solaires puissent se charger à nouveau.

En présentant ses vœux à la presse, Jean-Yves Le Gall, président du CNES, a déclaré : « la saga Philae va se poursuivre en 2015 […] On espère que, dès le mois de mars, l’éclairement du robot sur la comète lui permettra de recharger ses batteries et donc de recommencer son travail scientifique ».

Il ajoute : « On espère vivre en direct le passage de la comète à son périhélie le 13 août, avec probablement des mois extrêmement intenses. Je suis convaincu qu’on va voir des choses qu’on n’imaginait pas, notamment lorsque la comète va passer près du soleil ».

Marc Pircher, directeur du Centre spatial de Toulouse, précise : « On sait calculer assez bien là où il est » alors que la caméra Osiris, embarquée sur la sonde Rosetta, « le cherche ». « Cela nous intéresserait de savoir où il est de façon plus précise afin de mieux calculer sa date de réveil », ajoute-t-il. Il explique encore : « Nous ne savons pas très bien la hauteur des falaises autour de lui », une hauteur qui a un impact direct sur l’éclairement de Philae.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAmazon : le livre recommandé par Mark Zuckerberg est épuisé
Article suivantApple : plainte contre la capacité de stockage réelle de ses appareils

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here