Mission Rosetta : l’espoir de sauver Philae

Pur autant que Philae puisse emmagasiner un peu d’énergie, il y a de grands espoirs pour que le robot Philae puisse être sauvé.

Toute l’équipe de la mission Rosetta est convaincue que la sonde Philae peut être sauvée, qu’elle peut se réveille. C’est pour cette raison qu’elle tente désormais de la réveiller.

Suite à son atterrissage mouvementé, Philae a rebondi pour se retrouver finalement posé sur partie ombragée de la comète, ce qui signifie que sa batterie solaire bénéficie de nettement moins d’énergie qu’initialement prévu. Mais maintenant que la température s’est un peu élevée et que les conditions de luminosité se sont améliorées, il y a de sérieux espoirs pour que le robot reçoive suffisamment d’énergie pour pouvoir à nouveau communiqué avec Rosetta. Respectivement avec la Terre.

« Nous ne pensons pas que nous allons entendre quoi que ce soit tout de suite, nous ne sommes pas très sûrs », a déclaré Koen Geurts, directeur technique de l’équipe de Philae.

Depuis jeudi, la sonde Rosetta qui cercle toujours autour de Tchouri tente de contacter Philae à intervalles réguliers. Le robot pourra répondre dès qu’il aura suffisamment emmagasiné d’énergie. Le centre de contrôle de la mission prévoit que Rosetta continue à envoyer des messages à Philae jusqu’au 20 mars prochain.

Les espoirs que Philae sont grands car toute la communauté scientifique espère que le robot puisse encore fonctionner durant plusieurs mois dans le but de livrer de nouvelles données sur la comète.

Un GIF montrant le rebond de Philae lors de son atterrissage.
Un GIF montrant le rebond de Philae lors de son atterrissage.

Il faut profiter de rappeler que Philae, malgré son atterrissage mouvementé qui l’a placé dans une zone d’ombre, a tout de même réussi à mener à bien de nombreuses tâches qui lui ont été confiées. Il faut donc maintenant espérer que le robot puisse se réveiller pour poursuivre ses recherches d’échantillons et analyses à la surface de la comète 67P. Mais pour cela, il lui faut de l’énergie, donc du soleil…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentIl faudra de la place pour jouer à Star Citizen
Article suivantTwitter veut bannir le porno vengeur

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here