Mission Rosetta : Philae devient bavard !

Après deux petits coucous, le robot européen Philae est soudainement devenu bavard en communiquant durant 19 minutes.

Après sept mois d’hibernation, c’est le 13 juin dernier que le robot européen Philae s’est enfin réveillé. Son premier digne de vie a été une communication de deux minutes avec la Terre, via la sonde Rosetta qui servait de relai. Cette communication a été l’occasion pour le robot de donner son état de santé.

Le lendemain, une nouvelle conversation a eu lieu, mais de très mauvaises qualités.

Alors que l’Agence spatiale européenne (ESA) organisait un rapprochement de Rosette pour améliorer les transmissions avec Philae, le robot posé à la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko est resté muet.

C’est vendredi, entre 13h20 et 13h39 GMT, qu’un troisième contact a été établi, une conversation qui a cette fois duré 19 minutes !

Le DLR, qui se charge du pilotage du robot pour l’ESA, indique que le robot a envoyé différentes données, notamment sur l’état du module. « Philae va très bien », confirme le DLR.

« À présent, l’atterrisseur opère à une température de 0°C, ce qui signifie que la batterie est assez chaude pour stocker de l’énergie. Cela veut dire que Philae pourra aussi travailler pendant la nuit », déclare le DLR.

Depuis son réveil, Philae ne pouvait fonctionner que la journée, grâce à ses panneaux solaires, sa batterie étant trop froide pour se recharger.

Les ingénieurs précisent aussi que l’atterrisseur a également envoyé des données enregistrées la semaine dernière. Ils indiquent notamment que la luminosité s’est accrue : « À la fin du contact, ses quatre panneaux solaires recevaient de l’énergie ».

« Vendredi, la communication a subi plusieurs interruptions, mais sinon c’était la première fois que le signal était stable sur une longue période », souligne le DLR.

« Nous avons besoin d’un contact stable et long pour pouvoir lancer les expériences comme prévu », précise le DLR.

Le fait que Philae soit devenu bavard est donc de très bon augure pour la reprise des expériences scientifiques, d’autant plus que l’énergie ne semble désormais plus être un véritable problème.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFête des Pères : que faut-il lui offrir ?
Article suivantNokia : des téléphones mobiles dès 2016

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here