Mobile : Free laisse planer le doute sur une baisse des prix

Est-ce que les tarifs du mobile vont encore baisser ? C’est le doute que Free a décidé de laisser planer.

Lundi, en lançant ses invitations à une conférence de presse surprise pour mardi matin, un vent de panique a soufflé sur les opérateurs français avec la menace d’une nouvelle baisse de prix sur le mobile. La présentation de la nouvelle Freebox mini 4K a été synonyme d’un gros ouf de soulagement.

Le répit n’a été que de courte durée vu que Free a rouvert cette boite de Pandore ce jeudi matin.

C’est ce jeudi matin que le trublion des télécoms français a en effet présenté ses résultats annuels pour 2014. Alors que ses concurrents ont adapté leurs stratégies, Free affiche un chiffre d’affaires en hausse de 11,2% à 4,167 milliards d’euros, un résultat net en progression de 4,9 % à 78,4 millions d’euros, ainsi qu’une marge Ebitda à un peu plus de 30%, en recul de 2 points en une année.

Plus intéressant, le groupe a gagné 2 millions d’abonnés mobiles en 2014, ce qui lui permet de dépasser la barre des 10 millions d’abonnés. Les clients du forfait à 2 euros restent majoritaires, tant dans la base d’abonnés que dans les recrutements.

Maxime Lombardini, le PDG de Free, a profité de l’occasion pour rappeler que Free a atteint son objectif de couverture de 75% de la population française, n’omettant pas de souligner que l’opérateur est « le premier à respecter les délais impartis ».

Free précise également qu’il compte désormais 2 millions d’abonnés 4G, qu’ils consomment en moyenne 2 gigas de données par mois. C’est la première fois l’opérateur communique ces chiffres.
Le plus intéressant est certainement le fait que Xavier Niel a déclaré : « Je pense que sur le fixe nous avons la possibilité d’avoir une agressivité renforcée et sur le mobile, celle de diviser de nouveau les prix. Il faut nous laisser quelques semaines, quelques mois ou peut-être un peu plus ». Le message est clair, une baisse de tarif sur le mobile est dans le pipeline du trublion français des télécoms, ce qui est une nouvelle qui ne va certainement pas plaire à ses concurrents.

Alors que Bouygues Telecom propose une box à 19,99 euros, Free était très attendu sur l’internet fixe. En dégageant plus de 700 millions d’euros de trésorerie grâce à l’ADSL, ce marché reste la vache à lait du groupe même si le revenu par abonné fixe a reculé de 36 euros à 35,1 euros en un an.

Ce résultat a d’ailleurs permis à Maxime Lombardini de lancer : « Cela nous permet de financer le développement de la 4G et de la fibre, là où certains de nos concurrents distribuent des dividendes ou remboursent leur dette », une pique clairement adressée à Orange, Bouygues Telecom et Numericable-SFR.
À fin 2014, Free revendique 550 000 abonnés au très haut débit fixe, dont 100 000 abonnés à la fibre.

Au final, au retient surtout le doute que Free laisse planer au sujet d’une prochaine baisse des prix sur le mobile.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSafe Browsing : Google veut bloquer les logiciels indésirables
Article suivantRéparation de cortex grâce à une greffe de neurones

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Si Free Mobile veut vraiment faire un coup d’éclat, ils devraient baisser le forfait à 19,99 € à 15,99 € et le forfait à 15,99 € à 9,99 €, et augmenter le volume de data à 15 Go en 3G et 100 Go en 4G…
    Avec un prix pareil et un tel volume de data mobile, ce sera la condamnation à mort pure et simple de Bouygues Télécom et de SFR avec sa dette géante (j’imagine de loin le carnage).
    Quant à Orange, leur activité à l’international et leur qualité de réseau d’excellence les sauvera, mais leur résultat sera écrasé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here