Mobiles : pourquoi les grands groupes multiplient-ils les applications ?

À l’instar de Facebook qui sépare Messenger de son application de réseau social, pourquoi tous les grands groupes multiplient les applications ?

Une seule application Facebook qui permettait de tout faire était pratique pour tous les utilisateurs. Pourtant, cela n’a pas empêché la firme de Mark Zuckerberg de multiplier les applications avec Messenger, WhatsApp ou encore Instagram. Mais pourquoi cet éclatement, un phénomène qui touche tous les grands groupes vu qu’on retrouve le même genre de chose du côté de DropBox, LinkedIn et autres.

Dès lors, comment expliquer cette multiplication des applications ? Le premier élément de réponse est que ces groupes ont multiplié les achats d’autres services et que, pour leurs utilisateurs, il est préférable de rester séparé même s’il ne s’agit souvent que de poudre aux yeux.

Le second point est que le fait d’avoir plusieurs petites applications permet de le rendre plus spécifique, plus efficace, mieux optimisé, sans devoir à chaque fois reconcevoir une usine à gaz comme une application capable de tout faire. Cette modularité apporte également de la réactivité, ce qui n’est pas négligeable dans un monde technologique qui va si vite.

Le troisième aspect de cette multiplication des applications est purement marketing. Alors qu’un utilisateur regarde en moyenne quinze fois son smartphone chaque jour, la multiplication des applications, donc des icônes, accroit la visibilité des produits du groupe, de grignoteur de l’espace aux concurrents…

Pourquoi Facebook et les autres multiplient-ils les applications ?
Pourquoi Facebook et les autres multiplient-ils les applications ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOneDrive Business et Office 365 ProPlus : 1 To de stockage dans le Cloud
Article suivantTwitter : des résultats qui déçoivent les investisseurs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here