Mobilité : Samsung détrôné en Chine et en Inde

Si Samsung demeure l’incontestable n°1 à l’échelle planétaire, la résistance s’organise, à commencer par Xiaomi et Micromax qui deviennent leaders de leur marché national, à savoir la Chine et l’Inde.

La menace contre l’hégémonie de Samsung commence à pointer le bout de son nom. Cette menace n’a pas pour nom des grands noms tels qu’Apple, HTC, LG ou autres, mais des noms moins connus tels que Xiaomi, Micromax , ZTE, Gionee, Huawei ou encore Oppo.

Alors que l’observation des marchés laisse entrevoir de belles opportunités dans les pays émergents en matière de mobilités, ce sont ces petites marques qui semblent, à l’heure actuelle, tirer le marché à elles.

En Chine, c’est par exemple le cas de Xiaomi qui, avec 14% du marché, est le leader du marché devant Samsung et ses 12%. Grâce à des marges extrêmement basses, à des tarifs particulièrement attractifs et à des événements promotionnels quasi permanents, les Xiaomi, ZTE, Gionee, Huawei, Oppo et autres tiennent la dragée haute au n°1 mondial.

Il en va de même en Inde où c’est Micromax (16,6%) qui devance Samsung (14,4%). Là encore, particulièrement agressif au niveau des prix, c’est une marque locale de smartphone qui est leader en son pays.

La forte concurrence des marques locales rogne donc les parts de marché des leaders mondiaux, ce qui complique sérieusement leur objectif qui est justement de conquérir ces pays émergents. La question qu’il faut maintenant se poser est de savoir ce qui se passerait si Xiaomi, Micromax, ZTE et les autres se lançaient sur le marché mondial, en tout cas régional dans un premier temps. Alors que Samsung, mais aussi Apple font de la Chine, de l’Inde et autres des vecteurs de croissance, cette résistance locale pourrait bel et bien bouleverser l’échiquier.

En détrônant Samsung, Xiaomi et Micromax deviennent numéro un
En détrônant Samsung, Xiaomi et Micromax deviennent numéro un

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentWiko complète sa gamme en matière de premier prix
Article suivantFaille de sécurité dans le Wi-Fi des avions

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here