Mobilité : succès grandissant pour les applications d’entraînement

À l’instar de Puma, Nike, New Balance, Adidas, Reebok, Asics, tous les équipementiers sportifs possèdent désormais sa propre application d’entrainement sur un marché grandissant.

Que cela soit pour s’entrainer à courir un marathon, pour calculer les calories brûlées mesurent sa fréquence cardiaque, compter les pompes, nos smartphones deviennent de plus en plus des entraîneurs sportifs grâce aux applications d’entrainement. De fait ce n’est pas pour rien que Puma, Nike, New Balance, Adidas, Reebok, Asics et compagnies proposent tous leur propre application.

Comme exemple il faut par exemple citer Runtastic, une application qui figure parmi les leaders du marché avec quelques 85 millions de téléchargements, dont 7 millions uniquement en France, preuve de l’engouement populaire de ce genre d’application.

D’ailleurs, plus que simplement aider à la course à pied, les applications élargissent leur champ d’application en incluant d’autres sports, le football, la natation, le vélo, la musculation… sans oublier les produits dérivés qui visent bien évidemment à faire acheter une puce à glisser dans le soulier, une montre connectée, une balance une ceinture cardiaque ou autres.

Alors que la popularisation de ces applications pourrait mettre en danger les vrais entraîneurs sportifs, ceux-ci considèrent qu’il n’y a pas concurrence, que les marchés et les budgets ciblés ne sont pas les mêmes.

Mais est-ce que cette frontière subsistera longtemps alors que les développeurs enrichissent continuellement leurs applications de nouvelles fonctionnalités ?

Le téléphone intelligent, nouvel entraîneur sportif
Le téléphone intelligent, nouvel entraîneur sportif

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentVéhicule autonome : bientôt des « yeux » signés Sony
Article suivantTwitter « enrichit » votre fil d’actualité

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here