Le mois de mai, une période fructueuse des ventes en Europe pour le secteur automobile

C’est le 9e mois de suite connaissant une hausse des ventes des voitures neuves ; 4,5% c’est la hausse qu’ont connue les ventes dans l’Union européenne relativement au mois de mai 2013. Une hausse que jugent l’Association des Constructeurs Européens d’Automobiles (ACEA) encore faibles, à savoir que les immatriculations ont atteint 1 093 448 et qu’il s’agit du 2e volume de vente en baisse du mois de mai depuis 2003.

Renault prend la part du loup dans cette croissance enregistrée, entre mai 2013 et mai 2014 il est à 18.8 avec une part de 25% pour sa filiale roumaine Dacia. Juste après vient Volkswagen avec une performance de 9.6 % toujours par rapport aux ventes du mois de mai 2013, et suivent : Peugeot à 4.9 %, PSA à 4.3% et Citoën à 3%.

Par contre maintes fabricantes du secteur automobile sont en descente d’efficacité, telle que Ford qui est à -2% et Fiat à -2.7%, quant à la Mini du groupe BMW sa décadence est des plus étonnantes à 17.3% des immatriculations.

La marque Jeep quant à elle connaît ses beaux jours avec des réalisations de ventes de 100.2 %.

Toujours est-il, en vision macro toutes les catégories de voitures sont en voie d’amélioration : citadine, berline, 4×4…

On identifie une production de 5.431 millions d’unités depuis début 2014, et une hausse de 6.9%. Si on raisonne par pays, l’Italie est le seul pays de l’Union européenne qui a enregistré un recul des ventes de 3.8% ; la France avance lentement à +0.3 %, l’Espagne à +16.9% et l’Allemagne à +5.2%.

Peut-on déduire une sortie de crise en Europe, ou une stratégie marketing et commerciale qui vise le grand public et réduit ses marges pour rester sur le marché ?

les-immatriculations-en-europe-en-mai

mois-mai-periode-fructueuse-ventes-en-europe-secteur-automobile

new-passenger-car-registrations-in-the-eu-last-12-months

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédent1 milliard de téléchargements pour Google Maps pour Android
Article suivantAmazon : un Appstore riche de 240 000 applications

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here