Mondia Mix s’invite sur la scène du streaming musical

Alors que la scène du streaming musical est principalement occupée par Spotify, Deezer, Beats et Pandora, Mondia Mix est un nouveau venu qui pourrait discrètement se faire une jolie place.

Du point de vue des consommateurs de streaming musical, Spotify, Deezer, Beats et Pandora sont certainement les services les plus connus. Il existe bien évidemment de nombreuses offres concurrentes. Un nouveau venu pourrait bien s’imposer : Mondia Mix.

Alors que les projecteurs étaient surtout braqués sur les nouveaux smartphones et autres gadgets électroniques lors du récent Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, un stand présentait justement Mondia Mix.

Fruit d’un partenariat entre GSMA (l’organisation qui représente les réseaux de communications mobiles du monde entier) et Universal Music, Mondia Mix est un service en marque blanche qui peut être personnalisé par les opérateurs pour y intégrer leur propre offre. Compatible avec Android et iOS, le service est capable de s’adapter à tous les territoires/marchés « en quelques jours ».

Dans le but d’utiliser judicieusement le forfait data, le service propose la lecture hors ligne et en ligne de playlists optimisées. Tout aussi intéressant, l’abonnement au service s’intègre au contrat mensuel du client mobile.

Alors qu’une étude révèle que plus de la moitié des personnes interrogées aux États-Unis (53%) ont déjà écouté de la musique en streaming, l’arrivée de Mondia Mix ne pourrait pas mieux correspondre à un réel besoin du marché, même si la concurrence sur ce créneau est féroce.

Avec son application qui minimise l’impact de la musique sur les abonnements data, Mondia Mix pourrait donc faire grand bruit.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRosetta tente de reprendre contact avec Philae
Article suivantCyanogen : les fabricants comme Samsung se feront « massacrer » !

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here