Mondial de l’Auto : est-ce que la Tesla va séduire les Français ?

Par le biais de la marque Tesla, l’industrie automobile américaine est en passe de devancer tout le monde sur le marché des voitures électriques. Est-ce que ces véhicules vont séduire les Français ? La Tesla modèle S se vend en France à partir de 65 000 euros, bonus écologique compris.

Véritable précurseur en matière de voitures électriques, la marque américaine Tesla est en passe de devancer toute l’industrie automobile mondiale sur ce marché en devenir. Mais avec seulement 25 000 unités vendues en 2013, la marque n’est pour le moment qu’un petit à l’échelle mondiale.

Si Tesla est encore loin des 10 millions de véhicules vendus par General Motors ou les 2,6 millions par Renault-Dacia, la jeune marque américaine détenait tout de même déjà 12% du marché mondial de la voiture électrique.

Véritable sportive, avec une accélération de 0 à 100 km/h en 4 à 6 secondes, selon la batterie, la Tesla a de quoi séduire.

Pourtant, son prix de 65 460 euros, bonus écologique de 6 300 euros compris, a de quoi rafraichir les ardeurs de certains. Alors que l’autonomie était un problème, les 500 kilomètres promis (selon le style de conduite) n’est plus un réel problème, sauf le fait de devoir trouver une station de charge.

Alors que l’implantation de onze stations publiques de supercharge est prévue en France sur les axes Lille-Marseille et Nice – Bordeaux., il n’en demeure pas moins que le choix d’une Tesla à l’heure actuelle peut s’apparenter à un choix osé pour les Français.

Alors que le prix des carburants pourrait avoir son mot à dire sur le succès commercial des voitures électriques, il n’en demeure pas moins que Tesla compte bien écouler 100 000 véhicules en 2015, alors même que la marque dispose d’une usine en Californie capable de produire 400 000 véhicules par an !
Pour démocratiser la voiture électrique, l’idée serait d’ailleurs de pouvoir produire un véhicule à moins de 30 000 euros.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentObjets connectés : ARM lance son Mbed OS
Article suivantMondial de l’Auto : l’Audi TT ose la version 5 portes

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here