Mondial de l’Automobile 2014 : secrets de coulisses

Le Mondial de l’Automobile se caractérise par sa face publique, mais aussi ses coulisses, plus secrètes.

Alors même que le Mondial de l’automobile n’ouvre ses portes au grand public que samedi, le salon s’est ouvert jeudi pour les professionnels. Une soirée a d’ailleurs déjà été organisée. Hormis l’anarchie totale qui a régné aux alentours de l’événement où il était pratiquement impossible de trouver un stationnement libre, il fallait surtout porter le costume, une chemise et un précieux bracelet blancs pour pouvoir entrer dans l’enceinte du salon.

Alors que plusieurs emplacements de restauration occupent le hall 1, cela joue déjà des coudes pour récupérer un petit four ou un macaron, alors qu’attraper une coupe de champagnes s’apparentait à une gageure.

Au niveau des stands, Volkswagen accueille ses visiteurs dans un stand boisé et délimité, le tout agrémenté d’un brouilly délicat et de petits fours. Pour cela, il faut pouvoir entrer sur le stand. Même scénario chez Renault où des privilégiés peuvent déguster du vin rosé et du champagne de la cuvée Gérard Depardieu.

Plus loin, le précieux bracelet blanc ne suffit plus, il faut un bracelet noir. Dans ce nouvel espace hyper restreint, on y croise l’ancien sélectionneur Raymond Domenech et Estelle Denis, le fils de Jean-Paul Belmondo, quelques acteurs, ou encore Bernard de La Villardière, le créateur de mode Christophe Guillarmé, sans oublier le footballeur Zlatan Ibrahimovic et quelques autres personnalités.

De fait, comme souvent dans ce genre de salon, faute de disposer du bon sésame, l’accès aux espaces les plus intéressants est interdit au commun des mortels.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRovio : du succès à la restructuration
Article suivantPavlok : un bracelet pour éduquer… dans la douleur

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here