Montres connectées : commercialisation de la Gear Live et de la G Watch

Dévoilée mercredi lors de la conférence Google I/O les montres connectées Gear Live de Samsung et G Watch de LG sont d’ores et déjà disponibles en précommande sur Google Play.

C’est en présentant Android Wear à l’occasion de sa conférence I/O que Google a dévoilé les montres connectées Gear Live de Samsung et G Watch de LG. Dès à présent, ces deux montres sont disponibles en précommande sur Google Play.

Disponible dans douze pays, dont la France, les États-Unis et le Japon, la connectées Gear Live de Samsung et G Watch de LG sont les premiers appareils à tirer parti d’Android Wear, le système d’exploitation de Google pour les objets connectés.

Conçues comme de véritables extensions des smartphones ou des tablettes, ces montres ambitionnent de supplanter l’écran normal en devenant la nouvelle interface, une interface plus facile d’accès en étant au poignet plutôt que cachée dans un sac ou une poche.

En affichant notamment les notifications reçues, des informations contextuelles, en embarquant le système de reconnaissance vocale de Google, ou en permettant la gestion de sa messagerie électronique, l’idée est véritablement de délocaliser les fonctionnalités de son téléphone. Mais comme l’explique Geoff Blaber, un expert de l’industrie mobile, la grande question sera de savoir si ces montres seront utiles pour les utilisateurs.

En effet, proposer les mêmes services que ceux disponibles sur un smartphone ne sera pas suffisant, il faudra que ces montres apportent une réelle plus-value, mais laquelle ? Cette question semble à elle seule résumer toute la problématique des objets connectés vu que les premières montres déjà commercialisées n’ont pour le moment pas rencontré le succès commercial escompté.

Samsung Gear Live.
Samsung Gear Live.
LG G smartwatch.
LG G smartwatch.

LG G smartwatch en vidéo :

Samsung Gear Live en vidéo :

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentiPhone 6 : 19 septembre et 32 Go !
Article suivantGoogle veut séduire les entreprises

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here