Morning glory cloud : les pilotes surfent sur les nuages !

À l’instar des surfeurs qui surfent sur les rouleaux des océans, les pilotes australiens surfent sur les Morning glory cloud, des nuages qui ressemblent à s’y méprendre à des rouleaux.

Surfer sur les nuages, c’est possible en Australie à cette période de l’année. En effet, au-dessus du Golfe australien de la Carpentarie, de curieux nuages en forme de rouleau se forment, ils sont appelés les Morning Glory Cloud (« gloire du matin »).

À l’instar des meilleurs spots de surf au monde, cette particularité australienne attire chaque année des pilotes du monde entier, des pilotes qui ne pensent qu’à surfer sur ces nuages.

Particulièrement rare, le Morning Glory Cloud est une formation nuageuse étrange qui se forme généralement à basse altitude dans la zone tropicale australienne. Avec leur forme de rouleau horizontal, ils peuvent s’étendre jusqu’à 1 000 kilomètres de long. Plus étrange encore, il arrive que plusieurs rouleaux se forment côte à côte, offrant un spectacle encore plus surprenant.

Alors que de nombreuses études ont tenté d’expliquer ce phénomène, pour le moment sans grand résultat.

Cette année, le premier Morning Glory Cloud de la saison a été trouvé près de l’île de Mornington par un pilote australien. Alors que le nuage se déplace à une vitesse de 60 km/h, surfer dessus en planeur est tout un art, car « C’est très animé ».

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentHomme de Tourville-la-Rivière : découverte d’un bras pré-Néandertalien au bord de la Seine
Article suivantEvergig : un outil pour la création collaborative de vidéos de concerts

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here