Mort de la loi de Moore ? Pas encore selon le PDG d’Intel !

Les progrès de la gravure des puces électroniques faits que les limites physiques sont près d’être atteintes. C’est pour cette raison que certaines voix parlent de la mort de la célèbre loi de Moore. Mais selon les dires de Brian Krzanich, le PDG d’Intel, cette mort n’est pas encore pour aujourd’hui.

Énoncée en 1965 par Gordon E. Moore, l’un des fondateurs d’Intel, cette fameuse loi prédit un doublement de la densité de transistors dans les puces tous les deux ans environ. Beaucoup d’experts, ainsi que le milieu même des semi-conducteurs, estiment qu’elle arrive désormais en fin de vie, ce qui n’est pas l’avis de Brian Krzanich.

Le PDG d’Intel vient de déclarer : « Durant mes 34 ans de carrière dans l’industrie des semi-conducteurs, j’ai déjà vécu quatre annonces de décès de la loi de Moore. Nous sommes en train de passer d’une technologie de 14 nm à 10 nm, et planifions 7 nm et 5 nm, et même au-delà. C’est la preuve que la loi de Moore est vivante et bien portante. Le leadership d’Intel dans la loi de Moore reste intact, et pour ce faire vous allez voir des investissements continus dans notre capacité industrielle et dans notre R&D ». Ces propos, diffusés par le biais d’une note de blog, se veulent rassurants sur les capacités d’Intel à aller toujours plus loin.

Pourtant, le PDG ne donne pas beaucoup plus de détails sur la manière dont il pense pouvoir sauver la loi de Moore à l’avenir. En fait, on devrait plutôt comprendre Brian Krzanich joue sur les mots, ne parlant plus forcément d’une loi qu’il évoque des transistors et la performance des puces, mais plutôt une loi économique visant à « réduire la taille des transistors d’environ 50% pour un coût de fabrication équivalent ». La subtilité de ce langage est que le facteur temps a disparu, une manière de transformer la loi de Moore en quelque chose de moins contraignant pour Intel.

« Chez Intel, nous allons nous concentrer sur les voitures autonomes, l’industrie et le commerce comme principaux facteurs économiques de croissance », explique encore Brian Krzanich dans son billet, mentionnant l’ordinateur au même titre que n’importe quel autre objet connecté dans le cadre de sa nouvelle stratégie visant l’Internet des objets.

En fait, tout cela pour indiquer qu’Intel compte miser sur de nouvelles technologies innovantes, comme son architecture de serveurs Rack Scale pour faciliter la gestion des datacenter, la technologie 3D XPoint pour les mémoires, les puces programmables FPGA ou encore les puces Silicon Photonics. La croissance des datacenters et du cloud est aussi mentionnée, tout comme l’arrivée de la future 5G.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa NASA nous offre une vue en ultra haute définition sur une éruption solaire
Article suivantImpossible d’échapper à la pub vidéo imposée par YouTube !

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here