Mortalité routière : niveau le plus bas depuis 1954 pour le mois de juillet

Il faut remonter à juillet 1954 pour retrouver un taux de mortalité routière aussi bas en France pour ce mois estival, avec un nombre de tués sur les routes en baisse de 11,6% par rapport au mois précédent.

Avec 304 personnes décédées sur les routes françaises au mois de juillet, la mortalité routière est en recul de 11,6% par rapport au mois précédent.

Mais le constat le plus rassurant est que cette mortalité routière pour un mois de juillet n’a jamais été aussi bas depuis 1954.

Selon les chiffres provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), ce n’est pas que la mortalité routière qui est en baisse (-11,6%), mais le nombre d’accidents corporels (-15,6%) et le nombre de personnes hospitalisées plus de 24 heures après accident (-18,6%).

L’Observatoire souligne que les usagers de deux-roues motorisés sont les plus grands bénéficiaires de ce recul de la mortalité avec 42 vies sauvées, alors la situation est inverse pour les occupants de véhicule de tourisme (+6 personnes tuées) et pour les cyclistes (+12 personnes tuées).

Malgré ces bons résultats pour le mois de juillet, la Sécurité routière n’omet pas de rappeler que le nombre de tués sur les routes français est en hausse continue depuis le début de l’année avec déjà 1 833 morts à la fin juillet contre 1 761 sur la même période de l’année dernière.

Des gendarmes près de deux voitures accidentées.
Des gendarmes près de deux voitures accidentées.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLenovo vend désormais plus de smartphones que de PC
Article suivantCisco coupe 6 000 emplois dans ses effectifs

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here