Move UP : Jawbone lance un capteur d’activité à moins de 50€

C’est en faisant partie des leaders des bracelets connectés que Jawbone lance Move UP, un capteur d’activité à moins de 50 euros.

Non content de déjà proposer des bracelets connectés, Jawbone, un des leaders de ce marché, complète sa gamme par un capteur d’activité connecté : le Move UP.

À l’instar des autres produits sur ce segment, le Move UP vise des consommateurs intéressés par leur santé, prêts à compter le nombre de pas effectué dans une journée si cela peut les aider à aller mieux, mais pas à n’importe quel prix. C’est ainsi que ce capteur sera proposé à 49,99 euros.

Rond, de la taille d’un bouton de manteau, le Move UP s’accroche partout, il suffit de le clipser à un vêtement, à la ceinture ou à une chaussure pour qu’il mesure le nombre de pas ou le nombre de tours de pédales.

Idéalement, il faut un smartphone pour afficher un compte-rendu complet de son activité. En tapotant sur le Move UP, il est tout de même possible d’avoir un résumé, que cela soit le nombre de pas en tapotant une fois, l’heure en tapotant deux fois ou la mesure du sommeil en tapotant trois fois. L’affichage est assuré par de petits LED.

La plus-value de Jawbone est de ne pas laisser les utilisateurs de ses produits seuls face aux statistiques et rapports d’activité. L’application se veut un véritable conseiller capable de proposer des conseils tels qu’aller se coucher plus tôt pour un meilleur sommeil, marcher plus, et même quelques conseils minceur.

Il est à souligner que Jawbone ne délaisse pas le créneau des bracelets connectés haut de gamme. Un UP 3 sortira fin novembre, il s’agira d’un capteur d’activité très intelligent capable de mesurer d’autres activités que la marche, par exemple le vélo, la natation, le yoga, etc., qui sera également capable de mesurer plus finement la qualité du sommeil, le rythme cardiaque et même la texture de la peau pour contrôler son hydratation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOculus VR appelle à ne pas négliger la santé des utilisateurs
Article suivantCash Investigation dénonce la face cachée des fabricants de mobiles

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here