Musique numérique : est-ce qu’Apple devra payer un milliard de dollars de dommages et intérêts ?

Apple doit répondre devant la justice américaine d’accusations d’abus de monopole dans la musique numérique. En cas de défaite, le groupe pourrait devoir payer jusqu’à un milliard de dollars de dommages et intérêts.

En 2006, Apple était concurrencé dans la musique numérique par Real Networks, l’éditeur du lecteur RealPlayer, qui possédait son propre DRM. Cette société avait réussi à rendre compatibles ses morceaux avec l’iPod, avant qu’une mise à jour d’Apple ne bloque cette interopérabilité. C’est sur ce point que les plaignants ont décidé d’attaquer en justice Apple au motif que la musique achetée sur iTunes est devenue uniquement compatible avec l’iPod et impossible à utiliser avec des appareils concurrents.

Regroupés en nom collectif, un groupe d’individus et d’entreprises qui ont acheté des baladeurs numériques iPod entre 2006 et 2009 traînent donc devant la justice Apple dans le but de réclamer 350 millions de dollars de dommages et intérêts.

C’est devant un tribunal d’Oakland, en Californie, que ce procès va s’ouvrir mardi. En cas de défaite, la somme que devrait payer Apple pourrait être automatiquement multipliée par trois en vertu des lois antitrust, ce qui pourrait faire monter la somme due jusqu’à un milliard de dollars.

À l’occasion de cette audience, des cadres dirigeants d’Apple tels qu’Eddy Cue, le responsable des logiciels, et Philip Schiller, le directeur du marketing, seront appelés à la barre. Plusieurs e-mails du défunt Steve Jobs devraient également être produits lors de ce procès, ainsi que des extraits vidéo.

À l’heure actuelle, Apple affirme que la mise à jour incriminée était destinée à améliorer le logiciel et non à bloquer la concurrence, mais souligne aussi que RealPlayer détenait moins de 3% de parts de marché dans la musique en 2006, ce qui rend « invraisemblable » que cette mise à jour ait eu un gros impact sur les décisions d’achat des propriétaires d’iPod.

Votes
[Total : 1 votes en moyenne : 5]
PARTAGER
Article précédentFXX K : Ferrari dévoile un bolide de 1021 CV
Article suivantLe Japon lance sa sonde Hayabusa-2

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here