NASA : les villes deviennent nettement plus lumineuses en périodes de fêtes

Alors que des milliards de lumières supplémentaires s’allument dans le monde à la période de Noël, la NASA montre que les villes deviennent nettement plus lumineuses en périodes de fêtes.

C’est à l’occasion de la session d’automne de l’American Geophysical Union que la NASA a présenté une étude sur la luminosité des villes.

C’est en utilisant des images prises par un instrument nommé Visible Infrared Imaging Radiometer Suite (VIIRS) embarqué sur le satellite Suomi NPP, capable d’observer la face obscure de notre planète et de détecter la luminosité des villes, que la NASA a fait son étude. Pour que les résultats soient significatifs, les chercheurs ont utilisé des algorithmes informatiques pour filtrer la luminosité de la lune et éliminer les particules en suspensions et les nuages dans le but d’isoler les lumières des villes sur une base quotidienne.

Alors que les fêtes de fin d’année sont propices pour que les villes allument des milliards d’ampoules supplémentaires, la NASA a mesuré que la luminosité des villes augmente de 30% à 50% à la période de Noël.

Aux États-Unis, il a été constaté que le phénomène a commencé au Black Friday, s’accentuant de jour en jour. Il a été remarqué que les lumières dans les centres-ville n’ont pas autant augmenté que dans les banlieues. « C’est un signal quasi omniprésent. Malgré la diversité ethnique et religieuse que connaissent les États-Unis, le constat a été fait dans la plupart des communautés urbaines », précise l’étude de la NASA.

Alors que cette étude s’est portée sur une base quotidienne, elle relève un constat similaire dans les villes du Moyen-Orient, soit une augmentation de près de 50%, mais lors de la période du Ramadan. Il a par exemple été constaté que la luminosité des villes de Riyad et Jeddah a augmenté de 60 à 100% durant le mois du Ramadan.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentÇa valait la peine d’attendre l’Acura NSX
Article suivantHigh-tech : l’entreprise de l’année 2014 est… Amazon

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here