NASA : qu’est-ce qui brille sur Cérès ?

Alors que la sonde Dawn continue son approche de la planète naine Cérès, les photographies révèlent de mystérieux points brillants.

La sonde américaine Dawn poursuit son approche de la planète naine Cérès. C’est dans quelques jours, le 6 mars, qu’elle devrait se mettre en orbite polaire à 13 500 kilomètres de distance avant de se rapprocher au plus près à environ 375 kilomètres.

Dans sa phase d’approche, Dawn prend des photos, comme les clichés pris le 19 février alors qu’elle était encore à 46 000 kilomètres de Cérès, le plus grand objet de la ceinture principale d’astéroïdes du système solaire avec ses 950 kilomètres de diamètre.

Sur les images, de mystérieux points brillants ont été découverts. Les deux points interloquent les chercheurs de la NASA. « Le point le plus lumineux reste encore trop petit pour être net sur l’objectif de la caméra, mais en dépit de sa taille, c’est le point le plus brillant sur Cérès, ce qui est vraiment inattendu et reste un mystère pour nous », explique Andreas Nathues, un chercheur responsable de la caméra à l’Institut Max Planck.

« Les deux points se trouvent apparemment dans le même bassin, ce qui pourrait indiquer une origine volcanique », estime Chris Russell, principal responsable scientifique de la mission Dawn de la NASA. « Nous allons attendre d’avoir une meilleure résolution des images pour pouvoir faire une telle interprétation géologique », ajoute-t-il.

Il est à noter que le puissant télescope spatial européen Herschel, qui observe dans l’infrarouge, avait déjà détecté des émissions localisées et intermittentes de vapeur d’eau entre novembre 2012 et mars 2013. Il avait été calculé que Cérès relâche de la vapeur d’eau à raison de 6 kilos par seconde.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAMG GT3 : Mercedes dévoile la version course de l’AMG GT
Article suivantSmartphones : la stratégie gagnante de Xiaomi

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here