NASA : sept instruments scientifiques pour la prochaine mission sur Mars

Pour la future mission vers Mars que la NASA prévoit d’envoyer en 2020, l’agence spatiale américaine a retenu sept instruments scientifiques.

C’est en 2020 que la NASA prévoit d’envoyer sur Mars sa prochaine mission d’exploration, un robot d’une conception très similaire à Curiosity, un robot qui s’est posé sur la planète rouge en août 2012 et qui est toujours opérationnel.

Afin de pouvoir percer de nouveaux mystères de Mars, ce robot sera équipé de sept instruments, d’une valeur totale de 158 millions de dollars, c’est ce que vient d’annoncer la NASA.

C’est parmi les 58 propositions soumises en janvier dernier par des chercheurs et ingénieurs du monde entier que l’agence spatiale américaine a fait son choix. Grâce à ses sept instruments, ce futur robot pourra effectuer des analyses géologiques, déterminer l’habitabilité potentielle de l’environnement, mais aussi rechercher des signes de vie dans le passé de Mars grâce à des détecteurs de matière organique.

Plus que simplement découvrir Mars, la mission de ce robot sera aussi de comprendre les dangers représentés par la poussière, mais surtout « Tester les techniques pour extraire des ressources et comprendre l’environnement martien dans l’idée de rendre la conquête de Mars possible ».

Concrètement, la mission devrait être aussi l’occasion de développer de nouvelles capacités, comme produire de l’oxygène à partir du dioxyde de carbone (CO2), car « Mars détient les ressources nécessaires pour aider à supporter la vie, ce qui peut réduire la quantité de vivres que les missions habitées devront apporter ».

Dernier point, avec un budget de 1,9 milliard de dollars, cette mission Mars 2020 devrait décoller en juillet 2020 pour se poser sur Mars en février 2021.

Mars : la NASA choisit les outils pour la mission de 2020
Mars : la NASA choisit les outils pour la mission de 2020

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentRecours en nom collectif contre Facebook
Article suivantUne poupée avec un pénis choque les Etats-Unis

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

1 COMMENTAIRE

  1. Je pense que ce serait bien plus judicieux d’utiliser tout cet argent pour protéger un grand nombre d’espèces en voie de disparition comme les éléphants, les tigres, les léopards, etc. L’exploration de mars est très intéressante, mais elle n’est pas urgente.
    On ferait ainsi d’une pierre deux coups : on laisserait à nos descendants le plaisir de voir des espèces animales et végétales toujours existantes et le plaisir de découvrir la planète Mars à l’état vierge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here