La NASA travaille sur une propulsion supraluminique

Si l’USS Entreprise de Star Trek est capable de voyager à une vitesse supraluminique, cela peut être prochainement aussi le cas pour des vaisseaux spatiaux de la NASA.

Est-ce que la science-fiction des films et la réalité spatiale se rencontreront un jour ? Cela semble pratiquement certain, même si ce n’est pas forcément pour tout de suite. Alors qu’il semblait parfaitement normal que l’USS Entreprise puisse voyager entre les galaxies grâce à sa propulsion supraluminique, pourquoi est-ce que l’homme n’arriverait pas mettre au point le même genre de propulsion ?

Scientifiquement parlant, la théorie n’est pas si farfelue que cela, plusieurs hypothèses ayant déjà été explorées. Certaines ayant été jugées « possibles », reste le problème de pouvoir les mettre en pratique.

Par exemple, « la métrique d’Alcubierre » qui consiste à créer une bulle d’énergie capable de faire changer d’espace à un vaisseau nécessite une énergie incommensurable. De fait, ce n’est pas réellement la théorie de la propulsion supraluminique qui pose problème, mais sa réalisation.

Cela n’empêche pas la NASA de déjà travailler sur des projets de moteur à distorsion dans l’éventualité de pouvoir un jour faire des voyages interplanétaires. C’est ainsi que Mark Rademaker travaille sur un système de propulsion qui devrait permettre à l’homme de voyager beaucoup plus vite. C’est par exemple de cette manière que le satellite Hélios pourrait atteindre les 720 000 km/h après son lancement en 2018.

La Nasa pourrait faire un USS Enterprise dans l'avenir ?
La Nasa pourrait faire un USS Enterprise dans l’avenir ?

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentMicrosoft : la marque Nokia n'a pas été rachetée !
Article suivantJeux vidéo : vers une révolution à la sauce réalité virtuelle ?

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here