Netflix : de l’anonymat pour préserver la paix des ménages ?

Selon tous les sondages, les Américains sont de plus en plus accros aux séries. Petit hic, l’historique de visionnage permet de savoir ce qui a été visionné, ce qui n’est pas forcément bon pour la paix des ménages. Netflix se penche sur une anonymisation pour éviter ce genre de problème.

Selon un sondage de TiVo Research and Analytics, 91% des Américains sont adeptes du « binge-watching », visionnage de nombreux épisodes d’une même série d’affilée. 75% des personnes interrogées reconnaissent même pratiquer le « super-binging », c’est-à-dire regarder toute une saison, voire plusieurs, d’affilée.

Cette addiction pose un problème aux couples : comment cacher à son conjoint le fait qu’on n’a pas pu attendre son retour pour visionner la fin d’une saison alors que l’historique des services de vidéos à la demande, comme Netflix, ne cache rien ? La solution est simple : le visionnage anonyme !

C’est ainsi que Cliff Edwards, le nouveau directeur de la communication de Netflix, a confié que le service de VOD était en train de plancher sur une nouvelle fonctionnalité, celle de pouvoir regarder autant de séries et de films sans que personne ne le sache, l’anonymisation du visionnage.

Alors que cette fonctionnalité est actuellement en test pour une disponibilité avant la fin de l’année, il y a fort à parier qu’une telle possibilité sera une fonctionnalité très populaire chez les accros des séries.

Et pour vous, est-ce que cette fonctionnalité d’anonymisation vous intéresse, ou est-ce que vous n’avez rien à cacher ?

Netflix teste un mode de visionnage anonyme
Netflix teste un mode de visionnage anonyme

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAndroid : de l’animation en plus pour le Play Store
Article suivantMacBook : Apple place les stickers au cœur de sa dernière campagne pub

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here