Netflix : Orange craque aussi !

Après Bouygues Telecom qui a déjà annoncé l’arrivée de Netflix sur ses box pour novembre, c’est au tour d’Orange d’en faire de même, et cela malgré les belles promesses de Stéphane Richard. Orange craque pour Netflix

Cet été, Stéphane Richard, le PDG d’Orange, avait été clair : « Je ne souhaite pas qu’Orange soit le cheval de Troie de Netflix en France ». À cette époque, l’intention de l’opérateur était de ne pas distribuer le service de SVOD américain tant que la question de sa conformité avec la législation française en matière de création audiovisuelle ne serait pas réglée.

C’est donc contre toutes attentes que, sur la scène du #Helloshow organisé au Palais de Chaillot, Stéphane Richard a discrètement annoncé l’arrivée de Netflix sur les box d’Orange pour le début du mois de novembre !

Pour justifier ce revirement de cap, le patron d’Orange déclare que « Je souhaite qu’Orange participe à la construction ou à l’enrichissement d’une plateforme alternative. Pourquoi ne pas faire autre chose avec un partenaire français et davantage de contenus français ». Alors qu’il s’agirait de créer une nouvelle plateforme « alternative » de SVOD pour aller se battre contre Netflix, qui serait assez téméraire pour oser se lancer contre les moyens financiers du géant américain ?

Concrètement, Netflix arrivera sur les box d’Orange par le biais du déploiement de la nouvelle interface unifiée et multidevices de l’opérateur : Polaris.

Petit détail croustillant, au même moment, à l’occasion d’un séminaire au CS, la ministre de la Culture et de la Communication, Fleur Pellerin, expliquait aux patrons de l’audiovisuel qu’elle souhaitait « neutraliser l’avantage concurrentiel » offert aux plateformes de VOD et de SVOD étrangères !

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentSFR – Bouygues : une mutualisation à revoir ?
Article suivantF60 : LG joue la carte du grand téléphone pas cher

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here