Neuroprothèse : un tétraplégique contrôle son bras artificiel par sa seule pensée

Grâce à une nouvelle neuroprothèse implantée dans son cerveau, un tétraplégique est parvenu à contrôler par la seule force de sa pensée un bras artificiel.

Jusqu’à présent, les chercheurs avaient testé différentes approches pour contrôler une prothèse par la pensée, notamment le bras myoélectrique actionné par le muscle ou attaché à des implants insérés dans la partie du cerveau contrôlant les mouvements. Si ces techniques fonctionnent, elles produisent aussi des mouvements saccadés.

Les scientifiques du California Institute of Technology ont eu une autre approche, celle d’implanter une nouvelle neuroprothèse dans le cerveau, dans le cortex pariétal postérieur.

C’est Erik Sorto, un tétraplégique de 34 ans, paralysé depuis une dizaine d’années à la suite d’une blessure de la colonne vertébrale, qui a été le cobaye de cette expérience. Les résultats de cet essai ont été publiés dans la revue américaine Science.

Comme le montre la vidéo, Erik Sorto parvient à actionner un bras artificiel par la seule force de sa pensée. Où c’est encore plus incroyable, c’est que les mouvements semblent aisés et sans saccade.

Les implants reliés au bras artificiel ont été posés en 2013 à l’Hôpital Keck de Los Angeles. Depuis, le jeune homme s’est entraîné avec les chercheurs du Caltech et d’autres personnels médicaux pour contrôler le bras télémanipulateur avec sa pensée et, au final produire des mouvements intuitifs comme l’espéraient les chercheurs.

« J’ai été surpris par la facilité avec laquelle je pouvais contrôler le bras », a confié Erik Sorto.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentCitroën : une série limitée « 1955 » pour toute la gamme DS
Article suivantApple laisse fuiter une image de l’iPhone 6C

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here