Neutralité du net : une centaine d’entreprises se mobilise contre la FCC

Le projet de la Commission fédérale des communications, consistant à autoriser les FAI à vendre des accès privilégiés à leur réseau, fait suffisamment peur aux entreprises technologiques pour qu’elles s’unissent contre la FCC.

Le projet d’autoriser les FAI à vendre des accès privilégiés à leur réseau soumis par la Commission fédérale des communications (FCC), le régulateur des télécoms américain, fait peser la menace de l’internet à deux vitesses.

C’est face à cette crainte qu’une centaine d’entreprises, actives dans le secteur technologique, se sont mobilisées contre l’idée du régulateur des télécoms américain en publiant une lettre ouverte commune signée par tout le monde. C’est ainsi que de grands groupes comme Amazon, Dropbox, eBay, Facebook, Google, Microsoft, Netflix, Twitter, Yahoo font partie des signataires.

Adressé à cinq membres de la Commission fédérale des communications, ce courrier met en garde contre tous les risques encourus par l’adoption de ce projet d’internet à deux vitesses, une idée totalement contraire aux principes de la neutralité du NET.

Alors que le vote sur ce projet est prévu pour le 15 mai prochain, les signataires en appel à un report de cette décision.

Si on ne sait pas encore ce qui va se décider, on sait déjà que deux commissaires de la FCC sont déjà opposés à toute régulation d’internet, donc pour une préservation de la neutralité du net. C’est dans ce sens que Jessica Rosenworcel, l’un d’entre eux, a d’ores et déjà demandé un report du vote d’au minimum un mois.

Alors que le président de la commission tient absolument à faire adopter son projet, il est certain que ce n’est plus internet qui est réellement en jeu dans cette affaire, mais simplement une dimension purement politicienne entre démocrates et républicains.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentFace aux critiques de son Galaxy S5, Samsung remplace son directeur du design mobile
Article suivantNSA : des tweets codés pour recruter les meilleurs « inventeurs et casseurs de codes »

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here