Neutralité du net : bras de fer entre l’Inde et Facebook

D’un côté, l’Inde prône la liberté du net, de l’autre Facebook propose une offre gratuite limitée d’accès au web. Ces deux positions différentes donnent lieu à un bras de fer entre le pays et l’entreprise.

Avec l’initiative internet.org, Facebook veut connecter le monde entier à internet. Pour y parvenir, l’entreprise propose le service Free Basics dans plusieurs pays. Il s’agit d’une offre qui permet aux utilisateurs d’accéder gratuitement à certains services basiques : un moteur de recherche, les infos, la météo, et bien évidemment les sites et services du réseau social. En partenariat avec l’opérateur local Reliance Communications, cette offre est notamment proposée en Inde.

Cette offre ne satisfait pas le régulateur des télécoms indien (TRAI). Le 23 décembre, il a ordonné la suspension temporaire du service. Pourquoi une telle décision ? En raison de son entrave à la neutralité du net. En effet, l’accès différencié et incomplet à internet est dénoncé. « La question s’est posée de savoir s’il fallait autoriser un opérateur télécom à proposer des prix différents pour l’accès à des contenus différents. Tant que cette question n’a pas de réponse, il ne serait pas approprié de laisser cet état de fait continuer », a expliqué le TRAI.

Pour comprendre cette position, il suffit de prendre quelques exemples. Une recherche sur Bing ou lire les articles de la BBC sont gratuits. À l’opposé, une recherche sur Google ou lire un article du Wall Street Journal sont payants. C’est pour cette raison que la question de la neutralité du net est au cœur des préoccupations de l’Inde.

Vu l’importance du marché représenté par l’Inde, Mark Zuckerberg est sorti de son congé parental pour publier une tribune sur le site du Times of India. Il écrit : « Si on pense que tout le monde doit avoir accès à internet, on doit défendre Free Basics. C’est pourquoi plus de trente pays l’ont reconnu comme un programme en accord avec la neutralité du net et bon pour les consommateurs. »

« Les librairies ne contiennent pas tous les livres, mais elles offrent tout de même un monde de possibilités. Les hôpitaux n’offrent pas tous les traitements », argumente le PGD de Facebook pour assurer que Free Basics n’est pas contraire à la neutralité du net.

Il souligne aussi le fait que Free Basics est une forme de période d’essai gratuite. « La moitié des personnes qui utilisent Free Basics pour se connecter à internet la première fois vont se mettre à payer pour un accès complet dans les trente jours ». Est-ce que ces arguments vont faire changer d’avis le TRAI ? Affaire à suivre…

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentAprès le One A9, HTC officialise le One X9
Article suivantJournées XD : Virgin Mobile casse les prix… à vie !

Véritable touche à tout qui traine déjà derrière lui un long parcours professionnels dans le monde de la technologie, j’ai un jour décidé de me réorienter vers le journalisme par goût pour l’information et l’actualité. De fil en aiguille, j’ai été amené à écrire pour linformatique.org. Que cela soit la miniaturisation, les innovations ou l’amélioration des performances, ce qui concerne le progrès m’intéresse. Comprendre les choses, comme la création de l’univers, ce qui s’est passé au néolithique, ce qui compose une comète ou l’impact du génome sur une maladie sont très motivant pour moi en raison de l’impact de ces découvertes sur notre passé, notre présent et notre futur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here