New York : des bornes Wi-Fi gratuites pour remplacer les cabines téléphoniques ?

Dans le but de remplacer les anciennes cabines téléphoniques obsolètes, la ville de New York a l’intention de déployer des milliers de bornes Wi-Fi gratuites.

À New York, du Wi-Fi est déjà gratuitement disponible dans des dizaines de parcs et dans une petite partie du quartier de Chelsea, à la faveur d’un programme pilote de Google. En septembre 2013, Michael Bloomberg avait par ailleurs annoncé la création de « corridors Wi-Fi » dans plusieurs secteurs de Brooklyn, du Bronx, du Queens, de Staten Island, etc. Aujourd’hui, la mairie de la ville veut aller encore plus loin en remplaçant tout simplement les anciennes cabines téléphoniques obsolètes par des milliers de bornes Wi-Fi gratuites pour couvrir toute la ville.

Pour réaliser ce projet, baptisé LinkNYC, la ville a choisi le consortium CityBridge. Mais avant que « le plus grand et plus rapide réseau Wi-Fi municipal gratuit au monde » ne soit déployé, il faudra encore que le projet soit approuvé par la Commission de Revue des Franchises et Concessions.

Pour autant que le feu vert au projet LinkNYC soit donné, le réseau sera progressivement déployé dans les cinq arrondissements de la ville. Par le biais de 10 000 bornes Wi-Fi, un accès ultra rapide à internet sera proposé 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, une connectivité qui permettra à ses utilisateurs de téléphoner gratuitement dans les 50 États américains, mais aussi de pouvoir chercher leur chemin via un écran tactile qui sera également disponible, ou même recharger téléphones et tablettes.

Pour financer ce projet, la mairie de New York compte remplacer les anciennes cabines téléphoniques obsolètes par des bornes lumineuses qui afficheront de la publicité, soit plus de 500 millions de dollars de revenus pour les 12 premières années d’exploitation.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentOS X Yosemite : une version 10.10.1 est disponible
Article suivantSnapcash : Snapchat s’allie à Square pour une solution de transfert d’argent

Une fille dans l’informatique était mal vue à l’époque de mes études. C’est pour cette raison que l’on m’a cantonné à des rôles secondaires lors des travaux de groupe, notamment celui de centralisateur des informations. Ce rôle central, au final crucial, m’a plu. C’est comme cela que je suis devenue chef de projet. Plus tard, cette attirance pour l’information m’a poussé à suivre des cours de journalisme.
Comme j’avais la propension de centraliser l’actualité technologique, un ami m’a dit un jour : «Emilie, tu peux le faire ». C’est comme cela que je me suis retrouvée embarquée dans l’aventure de linformatique.org. Vu mon boulot, ce sont surtout les nouvelles technologies qui m’intéressent le plus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here