NGC 1854 : un bel amas stellaire capturé par Hubble

Le télescope de la NASA a capturé l’image de NGC 1854, un amas stellaire comportant des étoiles de différents types.

Le télescope spatial Hubble, permet à la NASA de mieux connaitre l’Univers depuis 1990. Les clichés fascinants de parcelles de notre environnement cosmique sont régulièrement publiés sur le site de l’agence. La dernière photo qui a été mise en ligne est celle d’un amas d’étoiles aussi brillant qu’important pour l’étude de l’évolution stellaire.

Un amas du Grand Nuage de Magellan

Un amas stellaire consiste en une concentration d’étoiles qui sont liées par la gravitation. Celui qui a été capturé par Hubble a été baptisé NGC 1854. Il fait partie du Grand Nuage de Magellan (GNM), galaxie-satellite de la Voie Lactée. Le GNM comporte 30 milliards d’étoiles et se situe dans les constellations de la Dorade et de la Table.

Quant à l’amas stellaire, il se trouve à 135 000 années-lumière du globe terrestre et est constitué de différents types d’étoiles. Sur sa photo publiée par la NASA, on peut distinguer des étoiles rouges et d’autres qui tendent plus vers le bleu. Les premières représentent des étoiles plus froides que le Soleil, celles-ci sont soit moins massives soit à la fin de leur vie. Les moins massives parmi elles sont appelées étoiles naines. Les étoiles qui apparaissent plus bleues sont, au contraire, plus chaudes que le Soleil. Elles sont donc plus jeunes ou plus massives, en sachant que les étoiles dont la masse est élevée sont plus brillantes et leur durée de vie se limite à des millions d’années.

L’observation du GNM est riche en informations stellaires

Le GNM, ses 60 amas stellaires globulaires ainsi que ses 700 amas ouverts sont observés de près par la NASA. En effet, cette galaxie et son voisin, le Petit Nuage de Magellan, sont les seuls connus qui comportent autant d’étoiles à différents stades d’évolution. Elle est aussi riche en gaz et poussière interstellaires. L’étude de ces paramètres dévoile beaucoup d’informations sur les étoiles. Ces recherches auraient été moins aisées sans l’utilisation de Hubble qui permet d’avoir des observations précises.

La mission de Hubble étendue jusqu’en 2021

Hubble continuera à nous régaler de photos étoilées jusqu’en 2021. La fin de sa mission avait été planifiée pour 2011, la NASA a toutefois décidé de prolonger son mandat. C’est en effet un télescope robuste qui n’a subi que quelques réparations, la dernière datant de 2009. Hubble poursuivra donc son exploration de l’espace, et ce à côté du nouvel arrivant, le James Webb Space Telescope, qui sera actif dès 2018.

Votes
[Total : 0 votes en moyenne : 0]
PARTAGER
Article précédentLa NASA teste l’Internet de l’espace, le DTN
Article suivantPlus de 1 100 appels téléphoniques chaque seconde sur WhatsApp
Avec des parents scientifiques, j'ai été bercée depuis mon plus jeune âge dans domaines de compétence qui me dépassaient complètement. Bien qu'ayant choisi une carrière de journaliste, je me suis naturellement toujours retrouvée à parler de ce genre de sujets. Les thèmes qui me passionnent le plus ? La physique par mon père, la biologie pas ma mère. Mais je l'avoue, je suis loin d'être aussi compétente qu'eux. Après avoir roulé ma bosse en travaillant pour diverses publications, je me suis retrouvée à écrire pour des sites internet. Je trouve que cette approche du journalisme colle plus à l'ère du temps.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here